.
.

Menu


Accueil
Qui sommes-nous ?
La carte des lieux visités
Livre d'or
Archives
E-mail


Nbre de Visiteurs

Depuis le 01/02/2009



Rubriques


a. Avant le depart
b. Russie Mai 2009
c. Mongolie Juin 2009
d. Chine juillet 2009
e. Nepal Septembre 2009
f. Inde Octobre 2009
g. Thailande Novembre 2009
h. Laos Decembre 2009
i. Vietnam Janvier 2010
j. Camboge Fevrier 2010
k. Thailande Fevrier 2010
l. Malaisie Mars 2010
m. Indonesie Avril 2010
n. Australie Mai 2010
o. Nlle Caledonie Juillet 2010
p. Nlle Zelande Aout 2010
q. Australie Septembre 2010
r. Singapour Septembre 2010
s. Malaisie Septembre 2010
t. Angleterre Septembre 2010
u. France Septembre 2010


Derniers articles


01/05/10 - Conclusion Asie.
30/04/10 - Rizières de Bali.
28/04/10 - Retour à Ubud.
27/04/10 - Les îles Gili.
21/04/10 - Go Lombok.
19/04/10 - Gunung Batur.
18/04/10 - Bali bis.
17/04/10 - Bali.
16/04/10 - Ubud.
15/04/10 - Cemero Lawang.
12/04/10 - Yogyakarta.
11/04/10 - Borobudur.
10/04/10 - Yogyakarta.
08/04/10 - Jakarta.
07/04/10 - Trans Sumatran.
06/04/10 - Trans Sumatran.
05/04/10 - Trans Sumatran.
04/04/10 - Lac Toba bis.
03/04/10 - Lac Toba.
02/04/10 - Dumaï.
01/04/10 - Melaka.
30/03/10 - Kuala Lumpur.
27/03/10 - Krabi.
23/03/10 - Karon & Kata.
10/03/10 - Phuket.
17/03/10 - Koh Samui.
14/03/10 - Koh Phangan.
10/03/10 - Koh Tao suite.
08/03/10 - Koh Tao bis.
04/03/10 - Koh Tao.
02/03/10 - Retour Bangkok.
27/02/10 - Benjamin : 29 ans !
26/02/10 - Chiang Maï bis.
22/02/10 - Alentours de Paï.
17/02/10 - Paï.
16/02/10 - Chiang Maï.
14/02/10 - retour Bangkok.
09/02/10 - Angkor Angkor !
07/02/10 - Angkor Vat bis.
06/02/10 - Angkor Vat.
05/02/10 - Siem Reap.
02/02/10 - Phnom Penh.
27/01/10 - Go Cambodge.
26/01/10 - Saïgon bis
24/01/10 - YouTube.
23/01/10 - Saïgon.
21/01/10 - Nha Trang.
15/01/10 - Quy Nhon.
13/01/10 - Hoi An.
11/01/10 - Hué.
09/01/10 - Ninh Binh.
07/01/10 - Baie d'Along.
05/01/10 - Along city.
03/01/10 - Hanoi bis.
31/12/09 - Hanoi.
25/12/09 - Go Vietnam.
24/12/09 - Luang Prabang bis.
21/12/09 - Luang Prabang.
20/12/09 - Luang Namtha.
15/12/09 - Jungle de Namtha.
14/12/09 - Jungle de Namtha.
13/12/09 - Jungle de Namtha.
12/12/09 - Luang Namtha.
10/12/09 - Udomxai.
09/12/09 - Pak Beng.
08/12/09 - Tat Kuang Si.
07/12/09 - Luang Prabang bis.
06/12/09 - Luang Prabang.
05/12/09 - Vang Vieng suite.
04/12/09 - Vang Vieng bis.
03/12/09 - Vang Vieng.
02/12/09 - Ban Na bis.
01/12/09 - Ban Na.
30/11/09 - Vientiane.
28/11/09 - Go Laos.
27/11/09 - Nong Khaï.
26/11/09 - Ayutthaya bis.
24/11/09 - Ayutthaya.
23/11/09 - Bangkok suite.
12/11/09 - Bangkok bis.
09/11/09 - Bangkok.
05/11/09 - Quit India.
04/11/09 - Kolkata bis.
01/11/09 - Kolkata.
31/10/09 - Vârânasî suite.
28/10/09 - Vârânasî bis.
27/10/09 - Vârânasî.
26/10/09 - Âgrâ suite.
24/10/09 - Taj Mahal.
23/10/09 - Âgrâ bis.
22/10/09 - Âgrâ.
21/10/09 - Jaipur bis.
20/10/09 - Jaipur.
19/10/09 - Pushkar bis.
15/10/09 - Pushkar.
14/10/09 - Udaipur suite.
07/10/09 - Udaipur bis.
06/10/09 - Udaipur.
05/10/09 - Jodhpur bis.
04/10/09 - Jodhpur.
03/10/09 - Jaisalmer bis.
02/10/09 - Désert du Thar bis.
01/10/09 - Désert du Thar.
30/09/09 - Jaisalmer.
29/09/09 - Bîkâner bis.
28/09/09 - Bîkâner.
27/09/09 - New Delhi.
26/09/09 - Delhi bis.
25/09/09 - Delhi.
24/09/09 - Go India.
23/09/09 - Picasa.
19/09/09 - Histoire de mont.
18/09/09 - Histoire de mont.
17/09/09 - Lac Phewa Tal.
16/09/09 - Pokhara.
15/09/09 - Go Pokhara.
14/09/09 - Bandipur.
13/09/09 - Bhaktapur.
12/09/09 - Patan.
11/09/09 - Bodnath.
10/09/09 - Visa Indien.
06/09/09 - Swayambhunath.
03/09/09 - Indra Jatra.
02/09/09 - Katmandou.
30/08/09 - Alix : 25 ans !
25/08/09 - Vol pour le Népal.
24/08/09 - Pandas Géants.
23/08/09 - Retour Chengdu.
20/08/09 - Yuanyang suite.
19/08/09 - Yuanyang bis.
18/08/09 - Yuanyang.
17/08/09 - Kunming.
15/08/09 - Dàli.
12/08/09 - Lijiang bis.
11/08/09 - Lijiang.
10/08/09 - Shangri-La bis.
09/08/09 - Shangri-La.
08/08/09 - Xiàngchéng.
07/08/09 - Litang.
06/08/09 - Kàngding.
05/08/09 - Chengdu.
30/07/09 - Emei Shan suite.
29/07/09 - Mont Emei Shan bis.
28/07/09 - Mont Emei Shan.
27/07/09 - Bouddha Géant.
26/07/09 - Chengdu.
19/07/09 - Remparts de Xi'an.
18/07/09 - Mont Hua Shan bis.
17/07/09 - Mont Hua Shan.
16/07/09 - Qin Shi Huang.
15/07/09 - Xi'àn.
14/07/09 - Train "assis dur".
11/07/09 - Beijing Beijing.
10/07/09 - Beijing toujours.
09/07/09 - Beijing encore.
08/07/09 - Grande Muraille.
07/07/09 - Beijing suite.
03/07/09 - Beijing bis.
02/07/09 - Beijing.
28/06/09 - Transmongolien.
26/06/09 - Ba-yar-stai !
25/06/09 - Gunjin Sum.
24/06/09 - Vallée Dund Bayan.
23/06/09 - Vallée de Khongor.
22/06/09 - Lac Noir.
21/06/09 - Saridiin Khiid.
20/06/09 - Monts Khentii suite.
19/06/09 - Monts Khentii bis.
18/06/09 - Monts Khentii.
17/06/09 - retour Tuuliin Adag.
16/06/09 - Seruun Bulag bis.
15/06/09 - Seruun Bulag.
14/06/09 - Tuuliin Adag bis.
13/06/09 - Vallée Tuuliin Adag.
12/06/09 - Pushing the limits.
11/06/09 - Oulan-Bator la fin.
10/06/09 - Oulan-Bator suite.
05/06/09 - Oulan-Bator.
04/06/09 - Parc Hustain Nuruu.
03/06/09 - Famille Nomade.
02/06/09 - Lac Blanc.
01/06/09 - Erdene Zuu.
30/05/09 - Karakorum.
27/05/09 - Dasvidania !
25/05/09 - Retour Irkoutsk.
24/05/09 - Île d'Olkhon.
19/05/09 - Irkutsk.
18/05/09 - Le Transsibérien.
13/05/09 - Gare Transsibérien.
12/05/09 - La journée la plus longue.
10/05/09 - J-1 !
25/04/09 - Matos & budget !
08/04/09 - Santé & Vaccins.
27/03/09 - Visas & Assurance.
24/02/09 - Genèse du projet.
12/02/09 - Trouver des infos ?
06/02/09 - Enfin le Blog !
01/02/09 - Qui sommes nous ?


Amis ou Liens favoris


Pascal en Asie :)
Taz de Happy Family :)
Carina & Chema :)
Sophie, Zaya et Louis :)
Nelly & Alex :)
Mathilde & Christophe :)
Idan Santhaus :)
Delphine & Vincent :)
Alysée, Rémi & Nicolas :)
Marie en Inde :)
Marie, Thomas & Sébastien :)
Julie & Julien :)
Le Lac Baïkal
Ger to Ger
Urga Tours, notre ami Battsogt
Orphelinat Oulan-Bator
Wwoofing, bosser à l'étranger
Forum Uniterre
J'irai dormir chez vous
Where the hell is Matt ?
Auberges dans le monde
Air Asia
Tiger Airways
Ambassades FR dans le monde
Air Indian Express
Forum du Routard
Voyage Forum
E-voyageur Forum
ID TGV
Couch Surfing
Illico Travel, avion en EU
Auberges de Jeunesses FR
Forum Lonely Planet
SOS Terre Sacrée
Visa Australien
Jetcost
Air Austral





«  Juillet 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

10/08/09 - Shangri-La bis.


Lundi 10 août, levé tranquillement à 10h00.


Nous prenons un petit déjeuné dans un restaurant style western. Omelette, jambon, légumes, sauce tomates.


Je suis enfin remis de ma crève. Par contre c’est Alix qui à l’air de l’avoir chopé.


Nous retournons dans la vieille ville car elle nous a beaucoup plus et puis Alix souhaite acheter une écharpe ici.


Après quelques tours, nous grimpons au sommet du temple qui l’a surplombe pour y faire quelques photos. Aucune idée à quoi il correspond, ni pourquoi l’entrée est gratuite. En tout cas il est magnifique, pas très grand mais juste ce qu’il faut pour être beau. Le moulin à prière géant tout d’or vêtu se trouve à quelques mètres de lui et l’ensemble vu de n’importe quel endroit est splendide.


 


Les drapeaux de prières de toutes les couleurs claquent au vent et les nuages se dissipent un petit peu pour nous laisser profiter un instant du ciel bleu tibétain.


Juste au pied du temple se trouve un bâtiment appelé, la salle des Ecritures. C’est en faite un ancien mémorial à la Longue Marche de l’Armée Rouge du si populaire Mao. L’on peut voir des sculptures racontant l’histoire de l’arrivée de cette Armée Rouge face aux paysans tibétains. Bien sur c’est fait de façon que l’Armée arrive en héros…


En face de la salle des Ecritures se trouve un autre bâtiment. C’est une sorte de musée sur la médecine tibétaine. Le docteur chinois Gesang, fait la visite gratuitement et raconte un peu l’histoire de cette science.


Un certain tibétain aurait vécu pendant la dynastie Tang (vers l’an 300) et serait mort à l’âge de 135 ans, chose incroyable à cette époque. Il aurait inventé la médecine tibétaine.


Certaines plantes qui poussent dans les environs de Shangri-la et sur tout le plateau tibétain ne se trouvent nulle part ailleurs. Avec un certain dosage, elles permettent de prévenir toutes les maladies.


Le Dr. Gesang nous explique qu’en Chine il y a trois différentes médecines. La traditionnelle chinoise dont tout le monde parle, la médecine tibétaine et une troisième dont nous avons oublié le nom. Ces trois médecines permettent de tout prévenir ou guérir à différents niveaux et à différents stades de maladie. Elles sont complémentaires.


 


Alors après avoir eu le discours devant les peintures de médecins d’antan, les différentes plantes et différents ustensiles d’époque, le Dr. Gesang propose gratuitement une osculation, pour savoir si un mal se cache en nous.


Je lui ai donc tendu mes paumes. Il m’a demandé mon âge. A regardé mes yeux et ma langue.

Il m’a demandé si j’avais mal au dos. Pas particulièrement.

Si j’avais mal aux épaules. Pas particulièrement, sauf à cause de mon sac des fois.

Est-ce que j’ai des troubles digestifs. Pas du tout, j’ai un estomac d’alligator.

Il a regardé les veines qui coulent dans mes paumes puis à déclaré :

« Ton sang est noir (comprendre sombre) et on ne devrait pas autant voir tes veines sur tes paumes.

Sous tes yeux tu es marqué (j’ai des cernes) et tout ceci indique que tu as une mauvaise énergie au niveau des reins. »


Donc mes reins fonctionnent bien mais n’ont pas assez d’énergie positive (histoire de Yin et Yang) ce qui fait que les impuretés ne sont pas assez bien traités dans mon corps. D’après lui si je vais voir un médecin occidental, il me dira que mes reins sont en pleines santés.


Il m’explique donc que lorsque j’aurai 40 ou 50 ou 60 ans (bah ouais…) j’aurai des problèmes de prostates, que mon énergie sexuelle sera très faible et que j’aurai tous pleins de soucis de vitalité.


Alors je lui demande :

« Docteur, avez-vous un médicament pour remédier à cela ! C’est horrible ! »

« Oui bien sur. Nous avons les pilules toniques qui revitalisent le Yang (côté masculin et lumineux, contraste du Yin, côté féminin et sombre) à base de Ginseng et autres plantes exotiques tibétaines. »

« Formidable Docteur, combien cela coûte ? »

« 480 Yuans pour un traitement de un mois. »

« LOL ! »

« Mais au bout de trois jours tu verras que tes excréments et ton urine sentiront extrêmement fort car tu seras nettoyé des impuretés. De même après un mois tu verras le matin tu seras en forme et joyeux. »


Pour me laisser le temps de cogiter il osculte Alix, même question, etc… Mais Alix est en pleine forme, aucun soucis, tout va bien pour elle, ne vous inquiétez pas.


C’est l’heure de partir, on se tourne vers moi, j’explique que je vais réfléchir à tout ça et que je reviendrai acheter les pilules magiques si j’y crois. Il nous donne un papier récapitulant toutes les pilules de plantes, à quoi elles servent et quels maux elles peuvent guérir.


« Merci Docteur ! »


Deux gnominettes ! 

 

Nous rentrons manger un bout avant de repartir de plus belle en direction du petit Potala.


Shangri-La est le nom d’un lieu imaginaire décrit dans le roman Lost Horizon (Horizon perdu) écrit par James Hilton en 1933. On parle dans ce livre d’un lieu fermé aux extrémités occidentales de l’Himalaya où siège une société parfaite et dans lequel l’on voit de merveilleux paysages, le temps est détendu dans une atmosphère de paix et de tranquillité.


On trouve depuis des références à Shangri-La dans le cinéma (La Momie de 2008, Horizons perdus), la musique (Mark Knopfler, Nightwish, Boney M), la bande dessinée (un numéro de Picsou de 1954!), et enfin c’est devenu le nom d’un district et d’une ville chinoise pour des raisons purement markéting depuis 2001. 

 

Il est 14h00 passé quand nous croisé Idan qui en revient justement.


Nous lui demandons comment c’était et il nous répond qu’il n’a pas du tout aimé… Sachant qu’il aime comme moi les musées et l’histoire, je ne comprend pas pourquoi il n’a pas aimé.


Il répond qu’en fin de compte le petit Potala c’est un piège à touriste. Il nous montre les photos et en effet c’est pas très excitant…


Le temple ressemble un peu au vrai Potala mais il n’est pas du tout accessible directement par la ville. Il faut prendre un bus et payer son ticket d’entrée qui s’élève à 75 Yuans pour ensuite se diriger vers le palais. Arrivé sur place, il y a des chantiers, de la poussière, certains endroit sont interdit aux femmes et la sois disant jolie vu sur la ville se résume à une vue sur la jolie vallée et très loin, la ville.


Des frissons me grimpent l’échine. Ca me rappel étrangement tous les sites que nous avons visité depuis Pékin jusqu’à Chengdu. Un sentiment de trahison nous emporte avec Alix.


Nous décidons d’aller voir par nous même. Nous prenons le bus numéro 3 dans l’avenue principale de Shangri-la, celui-ci ne s’arrête pas à son terminus mais à un parking à la sortie de la ville. Nous sommes obligé de descendre, un flic nous interpelle ainsi que d’autres chinois.


Nous sortons du véhicule et l’on nous dirige vers le guichet pour acheter les tickets d’entrées. Nous refusons et les types nous imposent d’y aller. Alix leur répond qu’on est juste venu pour voir ce qu’il y avait, qu’on voulait pas voir le temple mais ils insistent… C’est vraiment une scène que j’aurai voulu filmer…


Nous nous écartons d’eux en répondant qu’ils peuvent se le foutre où l’on pense et je tente d’avancer en direction de la route qui monte au palais que nous ne voyons même pas. J’essaye en vain d’avoir une vue sur le bâtiment mais rien du tout, il est complètement derrière la montagne.


Les flics nous font signe de ne pas aller par là, ils nous crient «Tickets ! Tickets ! » mais encore une fois nous refusons et nous nous dirigeons vers une autre direction.


 


Finalement nous remarquons qu’il est de toute façon impossible d’aller plus loin car tout est grillagé. On ne peut même pas aller dans la campagne et faire style de monter au palais à pieds. C’est impossible.


Décidément ces chinois ont un réel don pour transformer l’or en boue. Leur façon de vouloir diriger les touristes pour qu’ils aillent là où la Chine a décider nous révoltes. Nous retournons en arrière et je vois un énorme yak blanc magnifique, avec une selle et un clown qui gesticule à ses côtés. Je prend une photo et m’apprête à filmer la scène quand le clown en question m’engueule car « No money, no photos ! »


Bon… C’est vraiment le coin à éviter de Shangri-la… Nous préférons amplement le petit temple gratuit qui surplombe la vieille ville ainsi que les ruelles pavées car au moins là-bas on nous oblige pas à payer un truc dont on ne sait même pas à quoi ça ressemble. Et puis tant pis pour le petit Potala, nous aurons d’autant plus envie de rejoindre Lhassa une autre fois pour voir le vrai.


 


De retour dans notre charmant quartier nous croisons le soir même Frédéric et Cécile, le couple de français, grand trekkeur, que nous avions croisé au lac Baïkal, à Irkoutsk, à Oulan-Bator et maintenant à Shangri-la. Ils sont accompagnés par un autre couple français, Christophe et Mathilde qui eux sont arrivés par la route de la soie en traversant l’Asie Centrale.


Nous dînons ensemble en nous racontant nos différentes anecdotes et sensations vis-à-vis de la Chine. Tous sont partit il y a 3 ou 4 mois déjà et les histoires sont nombreuses J


La soirée nous fait un grand bien car nous n’avions pas réussi à partager nos sentiments avec quelqu’un qui vit la même chose que nous depuis Xi’an. Nous échangeons nos mails et "carnet de route" dans l’espoir de nous recroiser peut-être, dans un autre pays d’Asie.


Galerie : Shangri-la lundi 10 août.



Alix & Benjamin.



Commentaires (3) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 17:20, le jeudi 13 août 2009 dans d. Chine juillet 2009, Litang Xian
Mots clefs :

09/08/09 - Shangri-La.


Dimanche 9 août.


5h00 du matin, pour on ne sait quelle raison, le chauffeur tape à toutes nos portes de chambres en criant « Shangri-la »


Vu que le rendez-vous est à 7h00, nous n’essayons même pas de nous lever. On entend Idan de sa chambre, lui répondre un truc comme « Fuuk » J


6h00, mon réveil sonne, on se lève avec Alix. J’ai toujours ma crève mais je crois que je manque surtout de sommeil. Qu’importe, nous refaisons nos sacs puis en passant devant la fenêtre du couloir, nous voyons des dizaines d’occidentaux qui attendent leur bus ou cherchent une place dans un minibus pour rejoindre Dàochéng pour certains Shangri-la pour d’autres. Les plus marrants sont les chauffeurs de ces minibus qui s’engueulent entre eux pour savoir qui prend qui.



6h30, je suis le premier sur le trottoir. Les autres taxis se proposent tous pour m’emmener à Shangri-la mais évidemment je refuse.


Alix arrive puis Idan et enfin Tariq. Toujours pas de traces de notre conducteur.


6h45, un type s’avance vers moi pour proposer ses services, je lui répond que nous avons déjà un taxi et que nous l’attendons. Je lui montre la carte du chauffeur et il m’explique qu’il ne viendra pas.


Apparemment notre ami aurait contacté un de ces collègues pour nous transporter.



De toute façon pour nous c’est pareil. J’essaye tout de même de voir si on peut descendre le prix à 500 Yuans, puis 600, puis 750, puis 799. Mais non 800 Yuans pour 6 personnes, pas moyen de négocier. Ils se sont passé le mot J


6h55, toujours pas de nouvelles des deux nénettes. Je remonte voir ce qu’il se passe et je croise Almu donc je lui prend sa valise pour qu’elle retourne chercher ses autres affaires (elles sont bien chargée toutes les deux)


Enfin nous prenons la route vers 7h10 pour encore huit heures de trajet et nous entrons dans la province du Yunnan.


Le Yunnan est une des nombreuses provinces de la Chine. Frontalière du Vietnam, de la Birmanie et du Tibet, elle regroupe 22 minorités ethniques nationales (pas forcément reconnues par les Han) d’où une mosaïque linguistique.


Pendant longtemps la province réussi à éviter la prise de pouvoir des empires frontaliers tels que la dynastie Tang. Les Baï étaient majoritaires, ils avaient leur propre royaume, jusqu’au jour où la province passa sous domination Mongole (la dynastie Yuan de Kubilaï Khan)


A cette époque Marco Polo voyage dans le Yunnan et décrit son émerveillement dans ses récits de voyage.


La région possède une grande diversité de paysages. En passant par les forêts tropicales du sud, les rizières en étages, les montagnes qui culmine à plus de 6 000 mètres, les arides plateaux tibétains et les profondes gorges, cette région suffit à elle-seule un voyage en Chine.


La faune et la flore du Yunnan est aussi diversifiée que le sont ses paysages. De nombreux scientifiques y ont passé de nombreuses années et quelques 2 500 variétées de fleurs et de plantes sauvages y ont été recensées


Son éloignement, sa topographie et sa diversité ethnique l’ont toujours rendu difficile à gouverner depuis Pékin. C’est pour cela que le Yunnan a toujours été quelque peu rebelle. Cette province a toujours cherché à rompre avec le pouvoir central et au cours des innombrables purges nationales, les hauts fonctionnaires en disgrâce y étaient souvent exilés, ce qui n’a fait que renforcer cette particularité.


C’est en partant de cette province qu’Alexandra David-Neel réussit à traverser le Tibet vers l’ouest et devenir la première femme blanche à entrer à Lhassa. 

 

Ce nouveau chauffeur roule très vite et plusieurs fois j’ai peur que nous nous manquions dans un virage (il n’y a pas de barrières de sécurité, des éboulements au milieu de la chaussée, la falaise est boisée mais j’ai pas envie qu’on tente une sortie de route)


Des fois, il se met à s’étirer en lâchant son volant ! Gros malade va… Tout le monde dort à moitié ou écoute son lecteur MP3, moi suis accroché à mon siège. J’ai jamais eu confiance en un autre chauffeur que moi-même. Alix à l’air plus tranquille mais fixe tout de même la route comme si elle pouvait retenir le bus en cas d’écart.


Finalement après plusieurs contrôles des passeports (pour notre sécurité bien entendu) et quatre heures de route, nous arrivons dans une ville où il faut descendre pour s’enregistrer au commissariat. C’est pire qu’en Russie.


 


Surprise, nous devons changer de conducteur et de bus. La bonne blague. Idan engueule le chauffeur en lui expliquant qu’il n’aura pas les sous car nous paierons seulement à la fin. Que ce n’était pas prévu comme cela etc… Je pense qu'il avait prévu de faire la moitié du chemin pour rentrer chez lui le soir surtout. 


Nous vidons le coffre et rechargeons dans le nouveau van, je remarque les deux chauffeurs s’échanger des billets. Alix, Idan, Tariq et les deux espagnoles vont s’enregistrer au commissariat. Moi je préfère rester avec les bagages et ne pas bouger.


Finalement pas d’enregistrement pour moi, nous repartons avec notre nouveau compagnon.


Il est plus jeune, son van est plus propre et plus « moderne » fauteuil en cuir noir avec bandes de tissus rouge. Il a un lecteur CD et il conduit plus sereinement à mon goût. Je l’aime bien mais cela ne nous empêche pas, arrivé dans une bourgade, de manquer de nous prendre deux minibus qui font la course en doublant et en roulant trop vite. Crissement des pneus, petite frayeur chez tout le monde, heureusement nous n’avons pas tapé…


Plus loin dans un virage en montagne, c’est un poids lourd qui, en prenant son virage trop large, manque de nous propulser dans le vide. Heureusement ça passe, à quelques centimètres, mais ça passe…


Les paysages sont sublimes, les gorges sont profondes, les falaise abruptes. Les paysages alpins laissent places à des paysages presque lunaires à certains endroits.


Au bout de quatre heures de route encore, nous arrivons dans la vallée de Shangri-la, la ville. Tout d’abord un grand lac nous accueille en réfléchissant quelques rayons de soleil, puis il laisse place à des marais où broutent des yaks. Au fond quelque chose étincelant attire l’œil, c’est un des temples de la ville qui, avec son toit doré, nous réfléchit aussi le soleil.


La vue est magnifique.


 


Nous continuons la route, descendons dans la vallée, entrons dans la ville. On montre l’adresse d’une auberge au chauffeur, il nous dépose devant. Celle-ci ne peut pas nous recevoir car il y a eu une explosion de canalisation dans le quartier et ils n’ont pas assez de réserves d’eaux froides pour plus de monde.


Je propose qu’on me suive, nous avions de toute façon dans l’idée de nous loger plus dans le centre de la vieille ville avec Alix. Finalement l’International Youth Hostel nous reçoit. 20 Yuans par lit en dortoir.


Nous pouvons enfin poser les sacs et nous voilà enfin arrivé à destination après quatre jours de bus épuisant à haute altitude.


De mon côté je me sens très fatigué car je n’ai pas fermé l’œil dans le bus. Je prend donc une bonne douche bien chaude et me couche dans mon duvet.


Deux heures après, Alix me réveille, nous sortons visiter un peu la ville. Je me sens beaucoup mieux déjà et la vieille ville de Shangri-la est magnifique.


Des rues piétonnes pavées. Des boutiques qui vendent presque toutes la même chose mais l’ambiance est amusante. Sur la grande place de la vieille ville, le soir, tout le monde danse en tournant en rond.


Derrière, un des temple surplombe le quartier et donne une jolie vue sur la grande ville et la vallée.


Un immense moulin à prière d'au moins 25 mètres de haut est tourné par les nombreux touristes et donne une drôle de sensation lorsqu’on le voit pour la première fois à la sortie d’une ruelle.


 


La ville est très touristique, ça se voit tout de suite et depuis Chengdu nous n’avons pas vu autant de monde rassemblé mais il y a une atmosphère de fête et on s’y sent bien.


Nous nous couchons après avoir discuté dans le salon avec toute l’équipe et un autre couple israélien.


Shangri-la, de son véritable nom, Zhôngdiàn, marque le début du monde tibétain lorsque l’on arrive de la région du Yunnan.


Située à 3 200 mètres d’altitude (l’équivalent de la cime de Péclet à Val Thorens) cette ville où les femmes aux turbans roses portent leurs enfants sur leur dos à l’aide de corde a été longtemps isolée des circuits touristiques du fait de son éloignement.


Hélas, le gouvernement chinois, réalisant le gros potentiel de la ville, l’a officiellement nommé Shangri-La, en référence au paradis imaginaire décrit par l’auteur James Hilton dans le roman, The Lost Horizon. Ceci pour évidemment faire venir les touristes et suivre le même exemple que Lijiang ou Dàli, plus au sud.


Cette ville essentiellement tibétaine a pour attrait principal, son monastère Ganden Sumtseling Gompa, surnommé aussi, le petit Potala, car il ressemblerait beaucoup au Potala de Lhassa (palais du Dalaï-lama) 


Galerie : Shangri-la dimanche 9 août.



Alix & Benjamin.



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 17:10, le jeudi 13 août 2009 dans d. Chine juillet 2009, Litang Xian
Mots clefs :

08/08/09 - Xiàngchéng.


Samedi 8 août, levé 8h30.


Réveil difficile pour tout le monde dans notre dortoir. Je n’ai pas beaucoup dormit car souvent réveiller à cause de semi-asphyxie mais j’ai remarqué que je n’étais pas le seul. Toute la nuit j’ai pu entendre soit Alix soit le type qui dort à côté de moi respirer bizarrement puis reprendre son souffle puis respirer en discontinue.


Nous prenons trois gâteaux et descendons devant l’auberge pour attendre le chauffeur et voir si il reste de la place pour nous. Finalement vers 9h30 tout le monde est enfin regroupé et nous pouvons partir après avoir négocier un prix de 80 Yuans par personne…


La nouvelle petite équipe est joyeuse au départ puis à la sortie de Litang un bouchon se forme à cause d’un morceau de route qui s’est effondrée. Rapidement tout le monde s’endort ou écoute son lecteur I-tunes (c’est la grande mode)


Nous passons un col puis nous commençons la descente. Nous longeons des falaises, retournons dans un paysage semi-alpin mais avec des vallées beaucoup plus profondes (ou des sommets beaucoup plus haut, au choix)


La route se passe plutôt bien malgré que la conduite chinoise soit limite extrêmement dangereuse. Grosso-modo, le klaxon est l’outil de préférence du conducteur chinois. Plutôt que de freiner dans un virage à bord de falaise où l’on ne voit pas ce qu’il y a derrière, il va préférer klaxonner pour informer qu’il passe, à 80km/h. Fort heureusement on a jamais eu de poids-lourds ou de yaks à ce moment et malgré qu’il y ai une ligne blanche au milieu de la route, les conducteurs ont plutôt tendance à utiliser TOUTE la surface qu’ils peuvent.


 

A de nombreux endroits la route est pleine de débris de rochers qui se sont éboulés. Par moment elle est même complètement fermée mais on dirait qu’un camion à forcé le passage et donc tout le monde utilise ce même « trou » dans les débris qui mesurent bien 1m50 à 2m de haut, toujours à la même vitesse bien sûr.


Au bout de trois heures de routes en pente, nous nous arrêtons pour la pause « pipi ». Enfin c’est-ce qu’on a cru. En réalité c’était surtout pour arroser les freins avec des petites bouteilles d’eau car … bah c’est que ça chauffe hein !


A la suite de ça le chauffeur balance avec nonchalance les bouteilles plastiques dans le vide…


Nous repartons de plus belle puis arrive un moment où l’on passe un barrage de police. Barrière, poste de garde, jeune homme en uniforme, typique quoi. Réquisition des passeports, il note les numéros, puis on repart.


Sois disant c’est pour notre sécurité si jamais on a un accident de la route.


Nous arrivons aux alentours de 15h00 à Xiàngchéng , la cité frontalière entre le Sichuan et le Yunnan. Notre chauffeur nous dépose simplement devant une auberge qui à mon avis, est de mèche avec celle de Litang. Ceci-dit l’hôtelier nous fait un rabais sur le prix afficher et les chambres sont correct pour ce coin de la Chine. Nous payons donc 20 Yuans par personne.


 

S’en suit dans l’après-midi, l’habituelle recherche des tickets pour rejoindre la prochaine destination, en l’occurrence, Shangri-la. Mais comme d’habitude, ya pas de bus ! Ou du moins après de multiples essais avec différentes personnes et en recoupant les informations des différents discours que la guichetière pouvait tenir, nous comprenons qu’il est plein, qu’on peut revenir à 5h00 du matin pour tenter notre chance mais on sait bien qu’on va se faire avoir.


Alors on cherche différents moyens. Notre hôtelier nous explique que pour Shangri-la de toute façon ya pas de bus, ya seulement le bus de Daochen qui passe par Xiàngchéng, qui se dirige là-bas… Notre chauffeur nous propose de nous conduire à Daochen pour qu’on reprenne le bus du coup. Mais évidemment c’est le même tarif par personne qu’on a mis pour venir de Litang sauf que là on revient en arrière dans une autre vallée… Ils sont blagueurs ces chinois. J


Finalement nous le décidons à nous descendre à Shangri-la le lendemain matin. Ce qu’il accepte de faire pour 800 Yuans la course, soit 133 Yuans par tête. Pas possible de négocier plus bas.


Nous décidons par la suite d’aller visiter un peu la ville et surtout notre ami israélien meurt de faim. C’est plus grand que Litang mais c’est agréable. Des cochons noirs et énormes se baladent au milieu des chiens, des chats, des vaches, des motos customs et des tracteurs.


 

Idan est à l’affut d’un bon restaurant, la règle en Chine c’est de trouver l’endroit où il y a beaucoup de monde car c’est en général ici que la nourriture est bonne sans être avariée.


Le soucis c’est qu’à 16h passé peu de gens sont en train de manger et donc nous choisissons un bouiboui où se trouve une petite famille tibétaine sur le point de partir. « The best restaurant of Xiàngchéng » déclare notre ami Idan.


Nous nous installons et regardons la carte. Personne n’est trop motivé pour tenter l’aventure solitaire. Nous prenons tous le même plat, des nouilles chinoises accompagnées de morceaux de yaks cuits.


Petit soucis au moment de commander, Idan a disparut… En réalité il est partit acheter des légumes pour se faire son propre plat. Ils ne supportent pas les nouilles chinoises. « The best restaurant… » J


Finalement il accompagne la dame dans la cuisine pour couper en rondelles ses tomates et concombres, commande un bol de riz et le voilà de retour à nos côtés.


Nos nouilles chinoises ne sont pas mauvaises du tout mais il y a bien 1,5kg de pâtes et je n’arrive pas à finir mon plat à 6 Yuans.


 

A la suite de cela nous continuons notre visite pour nous rendre au monastère qui surplombe cette charmante bourgade. L’altitude fait encore effet, nous sommes a 3 000 mètres je suppose encore.


Pendant la montée au temple nous croisons toute une famille de cochons qui a l’air d’avoir bien gloutonné. Une fois arrivé devant l’entrée du monastère, nous regardons les yeux ébahit la décharge de poubelle qui se trouve dans la cour intérieur.


Le temple en lui-même est très joliment décoré et des dizaines de lamas vivent ici. L’un d’entre eux est venu m’adresser la parole en anglais. Il est suisse et est venu pour méditer et continuer son apprentissage du bouddhisme. Il nous invite à entrer dans la salle de prière qui est toujours la plus belle salle d’un monastère mais nous ne souhaitons pas déranger ceux qui sont en pleine concentration.


A priori la petite famille de cochons noirs que nous avons croisé sont la cause de tout le bordel dans la cour. Sacrés bêtes J


 


Du haut du monastère il y a une jolie vue sur la vallée et sur la ville. Le soleil illumine encore le versant opposé et les maisons aux murs blancs ressortent bien.


Finalement nous redescendons en passant devant le collège universitaire puis en rentrant, faisons quelques courses pour le lendemain.


Le soir, pour fêter notre fin de séjour dans les villages tibétains, Tariq propose de boire un coup (il est pas anglais pour rien) et donc nous achetons des bouteilles de bières à 3 Yuans. Nous nous retrouvons dans sa chambre double qu’il a prit avec Idan et commençons par jouer aux cartes tranquillement.


Arrive le moment ou jouer aux cartes devient lassant, je leur propose donc un jeu à boire, avec les cartes.


Ayant une mémoire extrêmement limitée pour les règles de jeux, j’invente en leur expliquant que telle carte tirée, tout le monde boit un coup, telle carte, la personne à la droite boit un coup, telle carte, la personne invente une nouvelle règle, telle carte, on propose un thème où chacun son tour nous devons trouver une réponse. Evidemment à chaque fois qu’il y a erreur, la personne doit boire.


Très vite tout le monde est excité, on rigole beaucoup. Puis vers minuit, Idan ronfle sur le quart de lit qui lui reste, les deux espagnoles sont complètement saoul, Alix est crevée et donc nous allons nous coucher. Nous avons rendez-vous à 7h00 devant l’auberge avec le chauffeur demain matin.


Galerie : Xiàngchéng.



Alix & Benjamin.



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 16:05, le jeudi 13 août 2009 dans d. Chine juillet 2009, Litang Xian
Mots clefs :
Page précédente
Page 1 sur 2