.
.

Menu


Accueil
Qui sommes-nous ?
La carte des lieux visités
Livre d'or
Archives
E-mail


Nbre de Visiteurs

Depuis le 01/02/2009



Rubriques


a. Avant le depart
b. Russie Mai 2009
c. Mongolie Juin 2009
d. Chine juillet 2009
e. Nepal Septembre 2009
f. Inde Octobre 2009
g. Thailande Novembre 2009
h. Laos Decembre 2009
i. Vietnam Janvier 2010
j. Camboge Fevrier 2010
k. Thailande Fevrier 2010
l. Malaisie Mars 2010
m. Indonesie Avril 2010
n. Australie Mai 2010
o. Nlle Caledonie Juillet 2010
p. Nlle Zelande Aout 2010
q. Australie Septembre 2010
r. Singapour Septembre 2010
s. Malaisie Septembre 2010
t. Angleterre Septembre 2010
u. France Septembre 2010


Derniers articles


01/05/10 - Conclusion Asie.
30/04/10 - Rizières de Bali.
28/04/10 - Retour à Ubud.
27/04/10 - Les îles Gili.
21/04/10 - Go Lombok.
19/04/10 - Gunung Batur.
18/04/10 - Bali bis.
17/04/10 - Bali.
16/04/10 - Ubud.
15/04/10 - Cemero Lawang.
12/04/10 - Yogyakarta.
11/04/10 - Borobudur.
10/04/10 - Yogyakarta.
08/04/10 - Jakarta.
07/04/10 - Trans Sumatran.
06/04/10 - Trans Sumatran.
05/04/10 - Trans Sumatran.
04/04/10 - Lac Toba bis.
03/04/10 - Lac Toba.
02/04/10 - Dumaï.
01/04/10 - Melaka.
30/03/10 - Kuala Lumpur.
27/03/10 - Krabi.
23/03/10 - Karon & Kata.
10/03/10 - Phuket.
17/03/10 - Koh Samui.
14/03/10 - Koh Phangan.
10/03/10 - Koh Tao suite.
08/03/10 - Koh Tao bis.
04/03/10 - Koh Tao.
02/03/10 - Retour Bangkok.
27/02/10 - Benjamin : 29 ans !
26/02/10 - Chiang Maï bis.
22/02/10 - Alentours de Paï.
17/02/10 - Paï.
16/02/10 - Chiang Maï.
14/02/10 - retour Bangkok.
09/02/10 - Angkor Angkor !
07/02/10 - Angkor Vat bis.
06/02/10 - Angkor Vat.
05/02/10 - Siem Reap.
02/02/10 - Phnom Penh.
27/01/10 - Go Cambodge.
26/01/10 - Saïgon bis
24/01/10 - YouTube.
23/01/10 - Saïgon.
21/01/10 - Nha Trang.
15/01/10 - Quy Nhon.
13/01/10 - Hoi An.
11/01/10 - Hué.
09/01/10 - Ninh Binh.
07/01/10 - Baie d'Along.
05/01/10 - Along city.
03/01/10 - Hanoi bis.
31/12/09 - Hanoi.
25/12/09 - Go Vietnam.
24/12/09 - Luang Prabang bis.
21/12/09 - Luang Prabang.
20/12/09 - Luang Namtha.
15/12/09 - Jungle de Namtha.
14/12/09 - Jungle de Namtha.
13/12/09 - Jungle de Namtha.
12/12/09 - Luang Namtha.
10/12/09 - Udomxai.
09/12/09 - Pak Beng.
08/12/09 - Tat Kuang Si.
07/12/09 - Luang Prabang bis.
06/12/09 - Luang Prabang.
05/12/09 - Vang Vieng suite.
04/12/09 - Vang Vieng bis.
03/12/09 - Vang Vieng.
02/12/09 - Ban Na bis.
01/12/09 - Ban Na.
30/11/09 - Vientiane.
28/11/09 - Go Laos.
27/11/09 - Nong Khaï.
26/11/09 - Ayutthaya bis.
24/11/09 - Ayutthaya.
23/11/09 - Bangkok suite.
12/11/09 - Bangkok bis.
09/11/09 - Bangkok.
05/11/09 - Quit India.
04/11/09 - Kolkata bis.
01/11/09 - Kolkata.
31/10/09 - Vârânasî suite.
28/10/09 - Vârânasî bis.
27/10/09 - Vârânasî.
26/10/09 - Âgrâ suite.
24/10/09 - Taj Mahal.
23/10/09 - Âgrâ bis.
22/10/09 - Âgrâ.
21/10/09 - Jaipur bis.
20/10/09 - Jaipur.
19/10/09 - Pushkar bis.
15/10/09 - Pushkar.
14/10/09 - Udaipur suite.
07/10/09 - Udaipur bis.
06/10/09 - Udaipur.
05/10/09 - Jodhpur bis.
04/10/09 - Jodhpur.
03/10/09 - Jaisalmer bis.
02/10/09 - Désert du Thar bis.
01/10/09 - Désert du Thar.
30/09/09 - Jaisalmer.
29/09/09 - Bîkâner bis.
28/09/09 - Bîkâner.
27/09/09 - New Delhi.
26/09/09 - Delhi bis.
25/09/09 - Delhi.
24/09/09 - Go India.
23/09/09 - Picasa.
19/09/09 - Histoire de mont.
18/09/09 - Histoire de mont.
17/09/09 - Lac Phewa Tal.
16/09/09 - Pokhara.
15/09/09 - Go Pokhara.
14/09/09 - Bandipur.
13/09/09 - Bhaktapur.
12/09/09 - Patan.
11/09/09 - Bodnath.
10/09/09 - Visa Indien.
06/09/09 - Swayambhunath.
03/09/09 - Indra Jatra.
02/09/09 - Katmandou.
30/08/09 - Alix : 25 ans !
25/08/09 - Vol pour le Népal.
24/08/09 - Pandas Géants.
23/08/09 - Retour Chengdu.
20/08/09 - Yuanyang suite.
19/08/09 - Yuanyang bis.
18/08/09 - Yuanyang.
17/08/09 - Kunming.
15/08/09 - Dàli.
12/08/09 - Lijiang bis.
11/08/09 - Lijiang.
10/08/09 - Shangri-La bis.
09/08/09 - Shangri-La.
08/08/09 - Xiàngchéng.
07/08/09 - Litang.
06/08/09 - Kàngding.
05/08/09 - Chengdu.
30/07/09 - Emei Shan suite.
29/07/09 - Mont Emei Shan bis.
28/07/09 - Mont Emei Shan.
27/07/09 - Bouddha Géant.
26/07/09 - Chengdu.
19/07/09 - Remparts de Xi'an.
18/07/09 - Mont Hua Shan bis.
17/07/09 - Mont Hua Shan.
16/07/09 - Qin Shi Huang.
15/07/09 - Xi'àn.
14/07/09 - Train "assis dur".
11/07/09 - Beijing Beijing.
10/07/09 - Beijing toujours.
09/07/09 - Beijing encore.
08/07/09 - Grande Muraille.
07/07/09 - Beijing suite.
03/07/09 - Beijing bis.
02/07/09 - Beijing.
28/06/09 - Transmongolien.
26/06/09 - Ba-yar-stai !
25/06/09 - Gunjin Sum.
24/06/09 - Vallée Dund Bayan.
23/06/09 - Vallée de Khongor.
22/06/09 - Lac Noir.
21/06/09 - Saridiin Khiid.
20/06/09 - Monts Khentii suite.
19/06/09 - Monts Khentii bis.
18/06/09 - Monts Khentii.
17/06/09 - retour Tuuliin Adag.
16/06/09 - Seruun Bulag bis.
15/06/09 - Seruun Bulag.
14/06/09 - Tuuliin Adag bis.
13/06/09 - Vallée Tuuliin Adag.
12/06/09 - Pushing the limits.
11/06/09 - Oulan-Bator la fin.
10/06/09 - Oulan-Bator suite.
05/06/09 - Oulan-Bator.
04/06/09 - Parc Hustain Nuruu.
03/06/09 - Famille Nomade.
02/06/09 - Lac Blanc.
01/06/09 - Erdene Zuu.
30/05/09 - Karakorum.
27/05/09 - Dasvidania !
25/05/09 - Retour Irkoutsk.
24/05/09 - Île d'Olkhon.
19/05/09 - Irkutsk.
18/05/09 - Le Transsibérien.
13/05/09 - Gare Transsibérien.
12/05/09 - La journée la plus longue.
10/05/09 - J-1 !
25/04/09 - Matos & budget !
08/04/09 - Santé & Vaccins.
27/03/09 - Visas & Assurance.
24/02/09 - Genèse du projet.
12/02/09 - Trouver des infos ?
06/02/09 - Enfin le Blog !
01/02/09 - Qui sommes nous ?


Amis ou Liens favoris


Pascal en Asie :)
Taz de Happy Family :)
Carina & Chema :)
Sophie, Zaya et Louis :)
Nelly & Alex :)
Mathilde & Christophe :)
Idan Santhaus :)
Delphine & Vincent :)
Alysée, Rémi & Nicolas :)
Marie en Inde :)
Marie, Thomas & Sébastien :)
Julie & Julien :)
Le Lac Baïkal
Ger to Ger
Urga Tours, notre ami Battsogt
Orphelinat Oulan-Bator
Wwoofing, bosser à l'étranger
Forum Uniterre
J'irai dormir chez vous
Where the hell is Matt ?
Auberges dans le monde
Air Asia
Tiger Airways
Ambassades FR dans le monde
Air Indian Express
Forum du Routard
Voyage Forum
E-voyageur Forum
ID TGV
Couch Surfing
Illico Travel, avion en EU
Auberges de Jeunesses FR
Forum Lonely Planet
SOS Terre Sacrée
Visa Australien
Jetcost
Air Austral





«  Juillet 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

23/09/09 - Picasa.


Mercredi 23 septembre.


Rien de spécial à raconter, ces derniers jours se passent sous des pluies torrentielles avec quelques légères éclaircies. Nous avons décidé pour le coup d’aller chercher nos tickets de bus pour rejoindre la frontière indienne. Nous quitterons le Népal avec beaucoup de frustration du fait de n’avoir pas fait de randonnées et surtout de ne pas avoir vu un seul sommet enneigé… On ne peut pas toujours tomber dans la bonne période mais nous aurions pu prévoir le coup en restant peut-être un mois de plus en Mongolie. Enfin bon c’est comme ça !


Sinon j’ai enfin fini de mettre à jour les milliers de photos sur Picasa que je n'avais pas pu faire à cause de la censure chinoise de Google... Les liens sont tous rajoutés au bas des articles !

Je continue sinon mes fantaisies sur le blog sinon avec cette fois-ci l’abominable homme des neiges qui réside principalement au Népal J


Migö au Tibet, Mande Barung en Inde, Bigfoot aux Etats Unis d’Amérique, Sasquatch au Canada, Almasty dans les montagnes russes du Caucase, Wendigo chez les amérindiens, Yowie en Australie, Mapinguari au Brésil, Basajaun au Pays Basque en France.


Chaque peuple montagnard à son abominable homme légendaire…


Au Népal c’est le plus populaire, le fameux Yéti. Selon certains témoins il aurait une démarche bipède et ressemblerait plus à un ours qu’à un grand singe dans sa façon de se déplacer sur deux pattes…


Il possèderait une fourrure rousse, une tête conique, une étrange odeur d’aile et un cri perçant.


Tout aussi insaisissable que le fameux monstre du Loch Ness, le Yéti reste l’une des plus célèbres exportations culturelles népalaises. Il suscite toujours un débat passionné quelque part entre la zoologie et le folklore religieux.


Après tout, la thèse de l’existence du Yéti est soutenue par de sérieux défenseurs…


  • En 1936, un géologue suisse, Augusto Gansser, effectue un voyage d’exploration pendant 8 mois du côté de l’Everest, au cœur de l’Himalaya. Il a alors la révélation de cet être.
  • En 1938, l’alpiniste Bill Tilman repère les empreintes du Yéti sur plus d’un kilomètre.
  • Des évadés du goulag en sibérie, en rejoignant les Indes britanniques, auraient rencontré un Yéti en traversant le Tibet… L’axe du loup, de Sylvain Tesson.
  • En 1951, Eric Shipton photographie une empreinte supposée rapportée d’un glacier sur l’Everest. Ces photos révélèrent le Yéti au public occidental.
  • En 1958, les villageois du village Rongbuk au Tibet découvrent le cadavre d’un Yéti mort par noyade.
  • En 1960, Edmund Hilary conduit une expédition sur les traces du Yéti, imité en 1986 par Chris Bonnington et même par l’écrivain-voyageur Bruce Chatwin.
  • La même année en 1986, Reinhold Messner croise pour la première fois une créature effrayante dans une vallée perdue de l’Himalaya ce qui lui rappel les récits colportés par les népalais sur le Yéti.
  • En 1997, comme d’autres occidentaux avant eux, deux aventuriers français, Alexandre Poussin et Sylvain Tesson, découvrent en franchissant le Bobang pass au Cachemire indien, de mystérieuses traces dans la neige qui ne seraient selon eux ni celles d’un homme, ni celles d’un ours. Elles montent droit dans la pente : «?Une prouesse extraordinaire… et absurde à cette altitude (4 600 m)?» La marche dans le ciel : 5 000 km à pied à travers l'Himalaya (1998)
  • En 1998, après le meurtre d’une femme sherpa près de Dole, sur le trek de Gokyo, la police conclura à une «?attaque de Yéti?»
  • En 2003, Yoshiteru Takahashi, le plus célèbre chasseur de Yéti, a déclaré avoir découvert la grotte du monstre sur les pentes du Dhaulagiri (mais son appareil photo a gelé avant qu’il ait pu immortaliser le site…)
  • Enfin en 2008, l’Agence Française de Photographie (A.F.P.) a relayé l’information selon laquelle des aventuriers japonais partis à la recherche du Yéti auraient photographié des empreintes de pas de celui-ci dans l’Himalaya.

  • C’est dans la région de Rolwaling et dans le Khumbu (région du trek du camp de base de l’Everest) que l’on semble apercevoir le plus le fameux Yéti.


    Au monastère de Khumjung l’on peut admirer le scalp d’un Yéti et à Pangboche, une main y est conservée.


    Bonne randonnée et vive la zoo-cryptologie ! 



Alix & Benjamin.



Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 10:28, le mardi 22 septembre 2009 dans e. Nepal Septembre 2009, Pokhara
Mots clefs :

19/09/09 - Histoire de mont.


Samedi 19 septembre.


Temps pluvieux toujours et c’est même de pire en pire car ça commence plus tôt dans la journée, c’est plus violent et plus long. Les chemins et les routes sont inondées, certains passages sont même impraticable à cause de la terre et des branches qui se retrouvent coincés sur le passage. On doit faire attention aux sangsues et puis pour couronner le tout, étant donné qu’il fait nuit à partir de 18h00 dans ce pays, qu’il n’y a pas d’éclairage électrique et que la lune est cachée par les nuages, nous rentrons dans le noir complet.

 

Le but du jeu c’est d’éviter les flaques de boues avec les sangsues J

Pas dattaques de singes ou de buffles sinon.

 

Le mont Everest, frontière entre le Tibet et le Népal.


Sources : Wikipédia, Guide L.P. Népal, le musée international de la montagne de Pokhara et autres.


Photos de l'article Everest de Wikipédia.  


En 1808, les britanniques démarrent leur grand projet de topographie trigonométrique des Indes orientales afin de déterminer la localisation et de nommer les plus hauts sommets du monde. L’étude commence au sud du pays et se déplace vers le nord de l’Inde.En 1830 ils atteignent le pied de l’Himalaya mais le Népal refuse l’accès aux britanniques de peur d’être annexé à l’Inde. L’équipe est donc contrainte d’effectuer ses mesures depuis la région du Teraï, les plaines parallèles à la chaine de montagnes. Hélas les conditions météorologiques affreuses rendent les conditions extrêmement difficiles et le paludisme provoque la mort de nombreux experts de l’équipe.


Vue panoramique depuis le plateau tibétain de l'Everest (au centre gauche) et des sommets environnants.

Néanmoins en 1847 les britanniques persévèrent et commencent des études détaillées des sommets de l’Himalaya depuis des postes d’observations situés à plus de 250 kilomètres de distance…


Finalement de nombreux sommets sont nommés et localisés. Tous sont ordonnés du plus haut au plus bas et l’expédition note l’existence d’une montagne à 200 kilomètres en arrière de ce qu’ils pensent être le sommet du monde. Ils l’identifieront trivialement comme le « pic B »

Durant cinq ans les mesures seront effectuées en longeant la frontière népalaise pour tenter de se rapprocher de ce fameux « pic B » qui parait être finalement plus grand que prévu et c’est en 1852 qu’un mathématicien et géomètre indien reconnait dans ce sommet le point culminant de l’Himalaya. L’annonce sera reportée plusieurs années le temps de vérifier les calculs et c’est en 1856 que le chef de l’expédition révèle à son adjoint à Calcutta que le « pic B » mesure 8 840 m d’altitude et est donc le plus haut sommet du monde.Cest en 1865 que la montagne acquiert son nom anglais.


Portrait de George Everest.

« Mon respecté chef et prédécesseur, le colonel Sir George Everest m’a enseigné à désigner tout objet géographique par son véritable nom local ou indigène. Mais voici une montagne, probablement la plus haute au monde, dont nous n’avons pu trouver aucun nom local. L’appellation indigène, si elle en a une, ne sera très probablement pas découverte avant que nous soyons autorisés à pénétrer au Népal. En attendant il m’incombe le privilège comme le devoir d’assigner un nom, par lequel cette montagne puisse être connu des citoyens et des géographes et devenir un mot d’usage courant dans les nations civilisées. »


Andrew Waugh, arpenteur général britannique des Indes orientales de la Royal Geographical Society de Londres.


On la comprit, il décida de baptiser la montagne du nom de son prédécesseur, le « pic B » devient le mont Everest.

Pourtant en 1733, un géographe français avait publié à Paris, une carte de lHimalaya en prenant comme appellation de cette montagne son nom connu depuis des siècles au Tibet, Chomolungma signifiant « La déesse mère des vents »


Pour l’anecdote, le gouvernement népalais prend conscience que la montagne n’a pas de nom en népalais et remédie à ce manque qu’en 1960. Ceci était du au fait que les ethnies népalaises n’avaient pas connaissance de cette montagne.

 

 

En 1885, un président d’un club d’alpinisme anglais évoque la possibilité d’ascension du mont Everest.En 1904 les britanniques négocient le passage des frontières du Tibet mais il faut attendre 1921 pour que la Royal Geographical Society obtienne du 10ème Dalaï-lama, âgé à cette époque de seulement 5 ans, lautorisation de véritablement explorer la montagne.

 

 

La première expédition est rapidement mise sur pied et compte dans ses rangs un certain George Mallory. Leur mission est seulement de cartographier la montagne et de repérer des itinéraires d’ascension. Très vite le premier chef d’expédition est obligé d’abandonner ses compagnons pour des soucis de santé et c’est Mallory qui prend la tête de la troupe.Bien qu’ils ne soient pas équipés pour atteindre le sommet, ils parviennent au col nord avant d’être forcés de faire demi-tour, surpris par la mousson. Mallory affirma tout de même que l’itinéraire vers le sommet parait long mais envisageable pour une expédition bien préparée.

 

 

En 1922, une seconde expédition composée notamment de George Mallory encore une fois et de 160 porteurs échoue et accuse les premières victimes d’une ascension en tuant sept tibétains dans une avalanche ce qui mettra un terme à l’expédition.En 1924, les britanniques reviennent à la charge avec une troisième expédition. Le premier chef rapidement atteint du paludisme abandonne la course mais George Mallory fait encore partie de l’équipe… Cette expédition établit un nouveau record d’altitude mais c’est surtout lors d’une troisième tentative que Mallory et Andrew Irvine disparaissent alors qu’ils sont aperçus par l’un de leur coéquipier, en route pour le sommet.


Portrait de George Mallory, le premier européen à fouler les pentes de la montagne en 1921 et le seul à participer aux trois expéditions avec les suivantes réalisées en 1922 et 1924.

L’énigme demeure quant à savoir s’ils ont atteint le sommet alors qu’aucune preuve concluante ne permet de l’affirmer de manière certaine malgré la découverte du corps de Mallory en 1999 à une altitude de 8100 mètres.

 

 

Lors d’une interview accordé en 1923 à un journaliste du New York Times qui lui demandait pourquoi il souhaitait à ce point escalader l’Everest, George Mallory avait simplement répondu par la phrase devenue la plus connue des alpinistes :

« Parce que cest là. »

 

 


Vue aérienne de l'Everest.

De 1930 à 1935, sept expéditions britanniques se lanceront sur la face nord de l’Everest mais c’est en 1935 que Tensing Norgay sert pour la première fois de porteur.

Finalement la seconde guerre mondiale et la prise de contrôle du Tibet par les autorités chinoises en 1950 mirent un terme aux ascensions pendant 15 ans


La fermeture du Tibet à cause de l’invasion chinoise oblige les expéditions à se tourner vers le Népal qui s’ouvre aux étrangers justement cette même année, en 1950... La première approche par le sud de l’Everest est effectuée en 1950 mais c’est en 1951 que l’Alpine Club et la Royal Geographical Society soutiennent une nouvelle équipe comprenant le néo-zélandais Edmund Hilary. Cette expédition s’aventure suffisamment pour constater que le versant Sud offre au moins une possibilité d’ascension.

 

 

En 1952 une équipe suisse avec le porteur Tensing Norgay installent leur dernier camp à une altitude de 8 380 m et le sherpa accompagné d’un alpiniste atteignent l’altitude de 8 595 m. Jamais une expédition n’avait eu autant de chances de réussite mais des problèmes de logistique et d’appareil d’assistance respiratoire les contraignent à renoncer. L’expérience de cette aventure se révèlera déterminante pour Tensing Norgay l’année suivante…

 

 


Pendant l’automne 1952 une nouvelle expédition avec Tensing Norgay tente l’ascension mais deux accidents les obligent à redescendre.

 

 

Finalement en 1953, les britanniques repartent à l’assaut. L’expédition de cette année comprend le porteur tibétain Tensing Norgay ainsi que le néo-zélandais Edmund Hilary.Le col sud est atteint par la voie ouverte l’automne précédent. Ils bénéficient même des vivres et des réserves de dioxygène laissés par les suisses l’année dernière. Le 26 mai, la première tentative d’atteindre le sommet est lancé mais les deux alpinistes font demi-tour après avoir atteint le sommet sud à 8 751 m. Ils y laissent toutefois des réserves de dioxygène pour la paire suivante.

 

 

Finalement le 29 mai, une seconde tentative avec Edmund Hilary et Tensing Norgay leur permet de poser le pied au sommet. Là ils prendront plusieurs photographies et ensevelissent quelques sucreries.


De retour à Katmandou, Edmund Hilary, sujet de la reine souveraine de la Nouvelle-Zélande au sein du royaume du Commonwealth, découvre qu ’il a été fait Chevalier de l’Ordre de l’Empire britannique.

Le sherpa Tensing Norgay recevra une médaille.


Vue sur des formations nuageuses au-dessus du sommet de l'Everest.

Depuis ce jour, le plus haut sommet du monde a inspiré beaucoup d’exploits comme la première ascension sans oxygène (1978), avec une jambe artificielle (1998), par un non-voyant (2001), par le plus jeune alpiniste (16ans) et par le plus âgé (64ans) mais aussi l’ascension la plus rapide (8h). En 1999 un sherpa réussi la prouesse de passer 21h sans oxygène au sommet de l’Everest.

Egalement, une équipe britannique parcourut le trek de Lukla jusqu’au camp de base pour y disputer la partie de rugby à plus haute altitude qui ait jamais eu lieu, à 5 140 m. Parait-il ce ne fut pas très concluant…


Sinon un couple hissa une table à repasser à 5 440 m d’altitude pour une séance de repassage de l’extrême.

La hauteur précise du sommet actuel de la montagne s’élève donc à 8 848 m d’altitude ce qui en fait le plus haut sommet au monde, à partir du niveau de la mer. Toutefois le Mauna Kea de l’île Hawaï s’élève à 10 200 m depuis sa base, le plancher océanique. 



Alix & Benjamin.



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 16:41, le lundi 21 septembre 2009 dans e. Nepal Septembre 2009, Pokhara
Mots clefs :

18/09/09 - Histoire de mont.


Vendredi 18 septembre.


Nous glandons un peu aujourdhui, le temps est à la pluie. Nous écrivons des cartes postales, les articles du blog qui trainent etc…


Sur la route, en longeant le lac, nous sommes passé encore une fois près d’un buffle qui avait des cornes d’au moins un mètre d’envergure et évidemment il a eu peur lorsqu’il ma regardé… Je ne sais pas pourquoi je leur fais cet effet là…Résultat il s’est mit à charger droit devant lui, heureusement nous étions déjà passé à côté…


Alors un buffle qui charge ça ressemble un peu à un taureau qui a fusionné avec un chiot… Ca court pas forcément droit et les pattes et la queue bougent dans tous les sens… Très impressionnant J
Hormis ça, rien de spécial si ce nest que nous profitons du lac et du soleil qui perce tous les jours un petit peu.


Le soir nous allons voir un concert live par les touristes qui souhaitent ségosiller la voix avec Nico et Rémy dans un pub et nous nous échangeons nos adresses de blogs.


Les Annapurna.


Sources : Wikipédia, Guide L.P. Népal, le musée international de la montagne de Pokhara et autres.


Photos de l'article Annapurna de Wikipédia. Et ouais nous ne sommes pas montés les faire nous mêmes celles-là !


Tout d’abord, l’Annapurna I comprend plusieurs sommets secondaires de moins hautes altitudes : l’Annapurna II (7 937 m), III (7 555 m), IV (7 525 m), l’Annapurna sud (7 219 m) et le Gangapurna (7 455 m).


En 1936, une équipe française tente l’ascension de l’Hidden Peak (8 068m) au Pakistan mais échoue à cause de l’arrivée prématurée de la mousson.


Après la guerre, et surtout grâce à l’ouverture du Népal aux étrangers, refusant de laisser le champ libre aux britanniques et aux allemands (auteurs respectifs d’une trentaine d’expéditions dans l’Himalaya) le français Lucien Devies souhaite une revanche et « un 8 000 à tout prix » J


Face nord de la chaîne des Annapurnas vue depuis le col du Kang La (5322)- de gauche à droite: Annapurna II, IV, III et Gangapurna.


Jamais auparavant, l’Annapurna n’avait été tenté ni même reconnue. Il s’agissait de la première incursion d’européens dans le Népal central. La première tâche pour une telle équipe était donc d’explorer le terrain et de corriger les cartes existantes. Les explorateurs français passent de longues semaines à essayer de trouver des sommets à conquérir et le moyen d’y accéder. Tout ce travail exige des journées entières de travail par équipe de deux ou trois en réalisant au passage des « petits » sommets de 5 000 ou 6 000 m.

Finalement après de longs débats ils décident de choisir comme objectif lAnnapurna, jugé plus facile.

A ce moment là ils commencent l’assaut de la montagne avec déjà des milliers de mètres de dénivelé dans les jambes. Malgré la fatigue et l’absence d’oxygène, le sommet de l’Annapurna I   (8 091 m) est conquit par Maurice Herzog et Louis Lachenal, le 3 juin 1950.

Paradoxalement, ce fut la redescente qui transforma l’aventure en calvaire… Les deux héros ont de nombreux doigts et orteils gelés et doivent subir des amputations. Durant plus d’un mois de course poursuite contre la mousson à travers les montagnes, les forêts et les rizières d’un pays au niveau de vie médiéval, le médecin tentera de soigner les blessés sans aucun moyen hospitalier. Leur but était d’arriver rapidement en Inde du nord, les blessés étant porté à dos d’homme à travers le Teraï.

Malgré cela, la victoire française constitua la première conquête de l’un des 14 sommets de 8 000 m du globe. Elle eut un retentissement considérable dans le monde et particulièrement en France. Dépassant largement le petit monde de la montagne, ses vainqueurs devinrent de véritable héros nationaux et cette victoire « le premier 8 000 m gravit par l’homme » devint un phénomène de société.


Annapurna I et Sud.


Cet exploit est rentré dans les annales de l’alpinisme car c’est le seul 8 000 himalayen à avoir été gravi dès la première tentative… Il reste à ce jour le plus dangereux de la chaine himalayenne avec un taux de mortalité très élevé (un mort pour deux ascensions réussies, un pour quatre au K2 au Pakistan, un pour neuf à l’Everest)


Au-delà de lexploit sportif, cette victoire intervient à un moment où la France a besoin de héros.
Avec cette expédition de lAnnapurna, elle les avait trouvés.

A Pokhara se trouve le vaste musée international de la montagne qui se consacre aux montagnes du Népal et aux alpinistes qui les ont gravies. Il présente des équipements utilisés lors des premières ascensions dans l’Himalaya ainsi que des lettres écrites par Maurice Herzog. 



Alix & Benjamin.



Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 16:36, le lundi 21 septembre 2009 dans e. Nepal Septembre 2009, Pokhara
Mots clefs :
Page précédente
Page 1 sur 6