.
.

Menu


Accueil
Qui sommes-nous ?
La carte des lieux visités
Livre d'or
Archives
E-mail


Nbre de Visiteurs

Depuis le 01/02/2009



Rubriques


a. Avant le depart
b. Russie Mai 2009
c. Mongolie Juin 2009
d. Chine juillet 2009
e. Nepal Septembre 2009
f. Inde Octobre 2009
g. Thailande Novembre 2009
h. Laos Decembre 2009
i. Vietnam Janvier 2010
j. Camboge Fevrier 2010
k. Thailande Fevrier 2010
l. Malaisie Mars 2010
m. Indonesie Avril 2010
n. Australie Mai 2010
o. Nlle Caledonie Juillet 2010
p. Nlle Zelande Aout 2010
q. Australie Septembre 2010
r. Singapour Septembre 2010
s. Malaisie Septembre 2010
t. Angleterre Septembre 2010
u. France Septembre 2010


Derniers articles


01/05/10 - Conclusion Asie.
30/04/10 - Rizières de Bali.
28/04/10 - Retour à Ubud.
27/04/10 - Les îles Gili.
21/04/10 - Go Lombok.
19/04/10 - Gunung Batur.
18/04/10 - Bali bis.
17/04/10 - Bali.
16/04/10 - Ubud.
15/04/10 - Cemero Lawang.
12/04/10 - Yogyakarta.
11/04/10 - Borobudur.
10/04/10 - Yogyakarta.
08/04/10 - Jakarta.
07/04/10 - Trans Sumatran.
06/04/10 - Trans Sumatran.
05/04/10 - Trans Sumatran.
04/04/10 - Lac Toba bis.
03/04/10 - Lac Toba.
02/04/10 - Dumaï.
01/04/10 - Melaka.
30/03/10 - Kuala Lumpur.
27/03/10 - Krabi.
23/03/10 - Karon & Kata.
10/03/10 - Phuket.
17/03/10 - Koh Samui.
14/03/10 - Koh Phangan.
10/03/10 - Koh Tao suite.
08/03/10 - Koh Tao bis.
04/03/10 - Koh Tao.
02/03/10 - Retour Bangkok.
27/02/10 - Benjamin : 29 ans !
26/02/10 - Chiang Maï bis.
22/02/10 - Alentours de Paï.
17/02/10 - Paï.
16/02/10 - Chiang Maï.
14/02/10 - retour Bangkok.
09/02/10 - Angkor Angkor !
07/02/10 - Angkor Vat bis.
06/02/10 - Angkor Vat.
05/02/10 - Siem Reap.
02/02/10 - Phnom Penh.
27/01/10 - Go Cambodge.
26/01/10 - Saïgon bis
24/01/10 - YouTube.
23/01/10 - Saïgon.
21/01/10 - Nha Trang.
15/01/10 - Quy Nhon.
13/01/10 - Hoi An.
11/01/10 - Hué.
09/01/10 - Ninh Binh.
07/01/10 - Baie d'Along.
05/01/10 - Along city.
03/01/10 - Hanoi bis.
31/12/09 - Hanoi.
25/12/09 - Go Vietnam.
24/12/09 - Luang Prabang bis.
21/12/09 - Luang Prabang.
20/12/09 - Luang Namtha.
15/12/09 - Jungle de Namtha.
14/12/09 - Jungle de Namtha.
13/12/09 - Jungle de Namtha.
12/12/09 - Luang Namtha.
10/12/09 - Udomxai.
09/12/09 - Pak Beng.
08/12/09 - Tat Kuang Si.
07/12/09 - Luang Prabang bis.
06/12/09 - Luang Prabang.
05/12/09 - Vang Vieng suite.
04/12/09 - Vang Vieng bis.
03/12/09 - Vang Vieng.
02/12/09 - Ban Na bis.
01/12/09 - Ban Na.
30/11/09 - Vientiane.
28/11/09 - Go Laos.
27/11/09 - Nong Khaï.
26/11/09 - Ayutthaya bis.
24/11/09 - Ayutthaya.
23/11/09 - Bangkok suite.
12/11/09 - Bangkok bis.
09/11/09 - Bangkok.
05/11/09 - Quit India.
04/11/09 - Kolkata bis.
01/11/09 - Kolkata.
31/10/09 - Vârânasî suite.
28/10/09 - Vârânasî bis.
27/10/09 - Vârânasî.
26/10/09 - Âgrâ suite.
24/10/09 - Taj Mahal.
23/10/09 - Âgrâ bis.
22/10/09 - Âgrâ.
21/10/09 - Jaipur bis.
20/10/09 - Jaipur.
19/10/09 - Pushkar bis.
15/10/09 - Pushkar.
14/10/09 - Udaipur suite.
07/10/09 - Udaipur bis.
06/10/09 - Udaipur.
05/10/09 - Jodhpur bis.
04/10/09 - Jodhpur.
03/10/09 - Jaisalmer bis.
02/10/09 - Désert du Thar bis.
01/10/09 - Désert du Thar.
30/09/09 - Jaisalmer.
29/09/09 - Bîkâner bis.
28/09/09 - Bîkâner.
27/09/09 - New Delhi.
26/09/09 - Delhi bis.
25/09/09 - Delhi.
24/09/09 - Go India.
23/09/09 - Picasa.
19/09/09 - Histoire de mont.
18/09/09 - Histoire de mont.
17/09/09 - Lac Phewa Tal.
16/09/09 - Pokhara.
15/09/09 - Go Pokhara.
14/09/09 - Bandipur.
13/09/09 - Bhaktapur.
12/09/09 - Patan.
11/09/09 - Bodnath.
10/09/09 - Visa Indien.
06/09/09 - Swayambhunath.
03/09/09 - Indra Jatra.
02/09/09 - Katmandou.
30/08/09 - Alix : 25 ans !
25/08/09 - Vol pour le Népal.
24/08/09 - Pandas Géants.
23/08/09 - Retour Chengdu.
20/08/09 - Yuanyang suite.
19/08/09 - Yuanyang bis.
18/08/09 - Yuanyang.
17/08/09 - Kunming.
15/08/09 - Dàli.
12/08/09 - Lijiang bis.
11/08/09 - Lijiang.
10/08/09 - Shangri-La bis.
09/08/09 - Shangri-La.
08/08/09 - Xiàngchéng.
07/08/09 - Litang.
06/08/09 - Kàngding.
05/08/09 - Chengdu.
30/07/09 - Emei Shan suite.
29/07/09 - Mont Emei Shan bis.
28/07/09 - Mont Emei Shan.
27/07/09 - Bouddha Géant.
26/07/09 - Chengdu.
19/07/09 - Remparts de Xi'an.
18/07/09 - Mont Hua Shan bis.
17/07/09 - Mont Hua Shan.
16/07/09 - Qin Shi Huang.
15/07/09 - Xi'àn.
14/07/09 - Train "assis dur".
11/07/09 - Beijing Beijing.
10/07/09 - Beijing toujours.
09/07/09 - Beijing encore.
08/07/09 - Grande Muraille.
07/07/09 - Beijing suite.
03/07/09 - Beijing bis.
02/07/09 - Beijing.
28/06/09 - Transmongolien.
26/06/09 - Ba-yar-stai !
25/06/09 - Gunjin Sum.
24/06/09 - Vallée Dund Bayan.
23/06/09 - Vallée de Khongor.
22/06/09 - Lac Noir.
21/06/09 - Saridiin Khiid.
20/06/09 - Monts Khentii suite.
19/06/09 - Monts Khentii bis.
18/06/09 - Monts Khentii.
17/06/09 - retour Tuuliin Adag.
16/06/09 - Seruun Bulag bis.
15/06/09 - Seruun Bulag.
14/06/09 - Tuuliin Adag bis.
13/06/09 - Vallée Tuuliin Adag.
12/06/09 - Pushing the limits.
11/06/09 - Oulan-Bator la fin.
10/06/09 - Oulan-Bator suite.
05/06/09 - Oulan-Bator.
04/06/09 - Parc Hustain Nuruu.
03/06/09 - Famille Nomade.
02/06/09 - Lac Blanc.
01/06/09 - Erdene Zuu.
30/05/09 - Karakorum.
27/05/09 - Dasvidania !
25/05/09 - Retour Irkoutsk.
24/05/09 - Île d'Olkhon.
19/05/09 - Irkutsk.
18/05/09 - Le Transsibérien.
13/05/09 - Gare Transsibérien.
12/05/09 - La journée la plus longue.
10/05/09 - J-1 !
25/04/09 - Matos & budget !
08/04/09 - Santé & Vaccins.
27/03/09 - Visas & Assurance.
24/02/09 - Genèse du projet.
12/02/09 - Trouver des infos ?
06/02/09 - Enfin le Blog !
01/02/09 - Qui sommes nous ?


Amis ou Liens favoris


Pascal en Asie :)
Taz de Happy Family :)
Carina & Chema :)
Sophie, Zaya et Louis :)
Nelly & Alex :)
Mathilde & Christophe :)
Idan Santhaus :)
Delphine & Vincent :)
Alysée, Rémi & Nicolas :)
Marie en Inde :)
Marie, Thomas & Sébastien :)
Julie & Julien :)
Le Lac Baïkal
Ger to Ger
Urga Tours, notre ami Battsogt
Orphelinat Oulan-Bator
Wwoofing, bosser à l'étranger
Forum Uniterre
J'irai dormir chez vous
Where the hell is Matt ?
Auberges dans le monde
Air Asia
Tiger Airways
Ambassades FR dans le monde
Air Indian Express
Forum du Routard
Voyage Forum
E-voyageur Forum
ID TGV
Couch Surfing
Illico Travel, avion en EU
Auberges de Jeunesses FR
Forum Lonely Planet
SOS Terre Sacrée
Visa Australien
Jetcost
Air Austral





«  Janvier 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

24/10/09 - Taj Mahal.


Samedi 24 octobre.


Levé 5h30, j’ai dormis peut-être une heure car le blaireau de l’hôtel chantait et faisait du grabuge dans le hall et évidemment ça résonne partout… Plusieurs fois j’ai failli me lever pour lui gueuler de l’a fermer.


Le soleil n’illumine pas encore le ciel brumeux et nous sortons pour acheter nos tickets. La blague c’est que la grille de notre hôtel est fermé avec un cadenas du coup je prend un malin plaisir à réveiller le type pour qu’il nous ouvre.


Dehors il caille !



Nous arrivons devant l’entrée de la porte ouest et déjà des centaines de touristes sont présent. Des groupes entier sont là pour faire LA photo du Taj Mahal sans touristes.


Nous prenons vite nos tickets, boum 1 500 Roupies partit en fumée, de quoi vivre pendant deux jours pour Alix et moi…


Ils nous donnent des chaussons en plastique pour éviter de marcher pieds nus et nous faisons la queue dans la longue file, attendant l’ouverture des portes.



Considéré comme le monument le plus extravagant jamais bâti par amour, ce mausolée moghol est devenu l’emblème touristique de l’Inde (même qu’il est vendu des minis Taj Mahal en plastique pour déclarer son amour à sa femme si c’est pas mimi ça)


Le Taj Mahal fut construit par l’empereur Shah Jahan pour recevoir le corps de sa deuxième épouse, Mumtaz Mahal, morte en mettant au monde son 14ème enfant en 1631.


La légende veut que Shah Jahan est planifier la construction d’une réplique symétrique du Taj sur la rive gauche de la Yamuna afin d‘y reposer lui-même. En marbre noir cette fois-ci (négatif en miroir), les deux bâtiments auraient été reliés par un pont.


Le trésor impérial ne l’aurait pas permis car le marbre noir ne se trouve pas suffisamment en Inde pour permettre une telle construction et le coût aurait été démentiel.


C’est une des raisons pour laquelle le fils de l’empereur, Aurangzeb, aurait jeté son père en prison dans le fort d’Agra et prit la succession du pouvoir.


Les minarets blancs hauts de 40 m, purement décoratifs, auraient été construit de manière à pencher légèrement vers l’extérieur afin de ne pas s’effondrer sur le précieux Taj en cas de séisme.


Les vrais tombeaux de l’empereur Shah Jahan et de Mumtaz Mahal reposent au sous-sol dans une crypte fermée au public.


Le monument a été désignée comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde en juillet 2007. 


Les grandes portes finissent par bouger et laissent passer les femmes et les hommes sur deux files différentes. Nous sommes fouillés et passons un portail à rayon X. Une poignée de types sont rembarrés car ils avaient avec eux un trépied pour faire des photos or c’est interdit. D’ailleurs le tabac, les sacs, la nourriture et les boissons sont interdit. Ya toute une liste à l’entrée.



Bref ces gars là qui attendaient depuis au moins 5h30 se font refouler et doivent refaire la queue.


Nous arrivons sur une grande place où se rejoignent les touristes qui arrivent des trois entrées (est, sud et ouest) et tout le monde se dirige vers la porte nord où l’on peut apercevoir déjà, un bout du mausolée.


J’accélère le pas, bien décidé à faire partit de la première dizaine à faire la photo. Sur le pas de la porte, les gens s’agglutinent au centre pour faire la photo parfaite de cet édifice idéalement symétrique.


Nous prenons deux clichés et continuons d’avancer face à l’imposante masse blanche qui se dresse à peut-être 200 mètres devant nous.


Au centre de l’allée principale où se trouve quelques plantes et surtout, le petit canal qui permet de faire refléter le Taj Mahal, se trouve une estrade d’où il est possible de faire de meilleures photos.


Hop hop quelques clichés et pareil nous continuons d’avancer pour arriver dans les premiers au pieds de la structure impressionnante. Nous mettons nos chaussons blanc pour ne pas salir le marbre blanc (ou plutôt pour le nettoyer par la même occasion) et faisons le tour en passant devant les deux mosquées construites sur les côtés droit et gauche. D’ailleurs seulement celle de droite est utilisée par les musulmans car elle est dirigée vers la Mecque. La seconde n’est là que pour la symétrie parfaite de l’ensemble et n’est donc pas dirigée dans le bon sens.


Après ça nous entrons à l’intérieur, où se trouve le faux tombeau de Mumtâz Mahal, l’épouses de l’empereur Moghol.



Les détails représentent pour la plupart, des fleurs, taillées à même le marbre ou alors dans des pierres comme la jaspe, la turquoise, la malachite, le lapis-lazuli, du corail de la mer Rouge, de l’onyx, de l’agate et encore pleins d’autres choses qui brillent et qui sont rares J


Le temps passe et le soleil lève le bout de son nez pour colorer un peu le tout. Le blanc du marbre prend du contraste avec le ciel brumeux de la rivière Yamuna qui coule juste derrière.


Nous restons un peu assis, pour nous réchauffer avec le soleil qui débute son ascension au dessus de la mosquée de droite (celle qui est à l’est et donc celle qui n’est pas utilisée)


Rapidement le flot de touriste augmente et déjà il faut faire la queue pour grimper les marches qui permettent d’accéder au pieds du Taj Mahal.


Aux alentours de 7h30 nous décidons de nous éloigner de l’édifice qui prend toute sa splendeur vu de loin tellement il est imposant.


Nous refaisons pratiquement les mêmes clichés qu’au petit matin. A chaque fois que l’on se retourne vers ses formes arrondies, on a l’impression que les couleurs ont changées ou alors qu’il est plus beau qu’il y a cinq minutes et alors nous reprenons machinalement une énième photo car c’est plus fort que nous.


A la suite de cela, vu la foule qui se déferle dans le parc, nous nous asseyons pour contempler la même chose, le même monument, la même carte postale que l’on voit partout en Inde.


Et puis nos regard se tournent progressivement vers les groupes de touristes qui entrent pour la première fois par la porte. Certains sont impressionnés, d’autres plus pudiques gardent leurs émotions mais tous sans exceptions, sortent leurs caméras ou appareils photos et commencent leur frénésie de clichés comme si le Taj Mahal allait s’envoler d’ici quelques minutes.


Nous les regardons, l’air de dire : « Ouais, on sait, on en revient. »



Depuis longtemps nous n’avions pas vu autant de personnes différentes rassemblées au même endroit.


Selon d’où l’on vient, on prend la photo en groupe à la mode asiatique ou alors en duo à la mode occidentale. Certains prennent la pause à la mode indienne. Quelque chose de très travaillée et pas naturelle du tout mais tellement rigolo à voir.


Des femmes en sari s’avancent telles des danseuses de Bollywood.


Un clan entier d’indiens arrivent avec un pas prononcé, rappelant quelques bataillons Rajputs venant du désert, châles et écharpes soufflée par le vent, regards durs.


Il est 9h00 et nous avons passé autant de temps à admirer le spectacle des touristes que la montée en couleur du Taj.


Nous décidons de retourner à l’hôtel pour finir un peu notre nuit jusqu’à midi.


Le retour dans le chaos de la rue contraste énormément avec le calme presque serein de l’enceinte du Taj Mahal mais bon, nous sommes Inde.


Midi sonne au réveil, nous quittons la chambre pour aller manger un bout et nous trainons encore un moment à observer la même forme arrondie qui dépasse des toits-terrasses.


Après ça, pour éviter de se gâcher la journée avec des rabatteurs ou des petits guignols, nous sortons du quartier touristique pour nous enfoncer dans l’arrière décor. Toujours la même image que partout en Inde, misère, saleté, poussière et gens beaucoup plus charmant et respectueux que dans les couloirs réservés aux touristes.


Nous y faisons quelques achats et observons des singes voler des fruits à un marchant qui leur jette des copeaux de bois. Les vaches, omniprésentes en Inde, se font ici et là fouetter les fesses pour débloquer la circulation. Papa et maman chiens errants prennent la mesure pour faire traverser la rue à la poignée de chiots pendant que deux ânes portent de lourd fardeaux de roc, les pattes entravées pour éviter qu’ils ne s’enfuient trop loin.


Le soir nous rencontrons un couple d’une allemande et d’un italien car il n’y a plus de places dans le minuscule toit-terrasse du restaurant et donc on se serre un peu, on ajoute deux chaises et on partage les tables avec les nouveaux arrivants.



Qui sont donc ces fichus Moghols ?


Le nom « Moghol » est dérivé du nom de la zone d’origine des Timurides, les steppes d’Asie centrale autrefois conquises par Gengis Khan et connues par la suite sous le nom de « Moghulistan » qui veut dire « Terre des Mongols »


Bien que les premiers moghols parlaient et avaient conservé des coutumes turco-mongoles, ils avaient pour l’essentiel été « persanisés » Ils introduisirent donc la littérature et la culture persane en Inde, jetant les bases d’une culture indo-persane.


Au 16ème siècle, alors que le nom de Gengis Khan résonne encore dans les légendes des peuples de l’Asie centrale, un dénommé Babur, descendant éloigné du grand conquérant et fort d’une lignée de prestigieux guerriers, marcha depuis Kaboul sa capitale en direction de l’Inde. Grâce à la supériorité technologique et à ses qualités de fin stratège, Babur défit les armées pourtant plus nombreuses du sultan de Delhi et après l’avoir battu, fonda la dynastie moghole.


Après quatre ans de règne, son fils, Humayun, hérite d’un empire que son père n’a pas eu le temps d’organiser et se retrouve pris en tenailles entre deux généraux en pleine ascension dont l’un va le contraindre à s’incliner et à se retirer en Iran. A la mort de son ennemi, Humayun revint à la charge et parvint à reprendre Delhi au milieu du 16ème siècle et à retrouver son trône après 15 ans d‘exil.


Quand il mourut l’année suivante, son jeune fils, Akbar, lui succéda à l‘âge de 15 ans.


Akbar, qui signifie grand en arabe, méritait bien son nom. En 49 ans de règne, il parvint à étendre et consolider un empire immense. Ce fut probablement le plus grand des empereurs moghols. En plus d’être doué de l’intelligence militaire alors exigée d’un dirigeant, il était aussi un homme de culture juste et sage. A la différence de ces prédécesseurs, il comprit que la population hindoue était trop importante pour que sa soumission soit envisageable. Il chercha au contraire à l’intégrer à son empire et s’entoura de nombreux conseillers, généraux et fonctionnaires hindous (dont beaucoup de Rajputs)


Udaipur fut fondée par les rajputs après l’assaut d’Akbar sur la forteresse de Chittor.


Akbar s’intéressait aux questions religieuses et passait des heures à discuter avec des théologiens de toutes confessions. C’est alors qu’il promulgue la Religion des Lumières unifiant le Coran, la Bible et les textes hindous.


Au début du 17ème siècle, le fils d’Akbar, Jahangir, lui succéda sur le trône. Sous son règne, l’empire reste en état de guerre, de façon à continuer son expansion mais il mourut quelques années plus tard, laissant son fils, Shah Jahan, gouverner l’empire.


Shah Jahan fait construire le Taj Mahal à Agra ainsi que le Fort Rouge de Delhi avant de transformer le fort d’Agra en un palais qui devait devenir sa prison.


Le fils de Shah Jahan, Aurangzeb, le dernier grand Moghol, fit emprisonner son père et s’empare du trône après deux ans de lutte contre ses frères (qui était minimum treize…)


Il commit hélas d’énorme erreur en voulant transférer sa capitale vers le sud et en prélevant de lourds impôts à son empire. De plus l’arrivée des britanniques et des français mirent un frein à la dynastie moghole. 


Galerie : Taj Mahal.



Alix & Benjamin.



Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 12:45, le lundi 2 novembre 2009 dans f. Inde Octobre 2009, Taj Mahal
Mots clefs :

23/10/09 - Âgrâ bis.


Vendredi 23 octobre.


Nous nous levons vers 12h00. Depuis quelques jours nous avons besoin de repos.


La faim nous gagne rapidement et nous décidons de chercher un restaurant le moins mauvais possible dans le quartier du Taj Ganj où nous nous trouvons. Chose pas facile car ils proposent tous les mêmes trucs ridicules, les plats sont de la taille d’une banane et c’est toujours à base de légumes…


Nous avons vraiment hâte de manger de la viande.



A la suite de cela nous partons en ville en direction de la gare du Fort d’Agra. Nous souhaitons acheter nos billets de train pour Vârânasî le plus tôt possible.


Après une grosse demi-heure de marche nous sommes au guichet mais tous les trains sont pleins et il n’y a pas de places avant le 6 novembre d’après le type !


Quelle horreur, nous qui voulions rapidement quitter cette ville… Finalement j’essaye plusieurs trains, plusieurs horaires, plusieurs jours et nous décidons de prendre un train lundi soir sauf que nous sommes 40ème en liste d’attente donc rien n’est certains d’avoir les places.


Nous croisons les doigts et déboursons 518 Roupies pour deux pour ce ticket.


Ensuite nous ressortons en direction de l’entrée du Fort d’Agra. Alix avait fait un malaise dans la gare et ne se sent pas bien. Elle s’assied devant l’entrée du Fort et moi je prend quelques photos rapides. L’entrée est chère et nous préférons rester à l’extérieur.



La construction de l’imposant fort de grès rouge au bord de la Yamuna, fut entreprise par l’empereur moghol Akbar au milieu du 16ème siècle pour un usage militaire.


Les doubles remparts du fort mesurent 2,5 km de circonférence et 20 m de hauteur. A l’origine la rivière Yamuna coulait au pied de la muraille est mais de nos jours, une portion de parc, une route et une vaste étendue sablonneuse les séparent.


L’unique entrée du fort, la porte sud, possède une structure coudée visant à dérouter les attaquants qui avaient franchi le premier obstacle : la douve infestée de crocodiles.


Le fort fut agrandi par le petit-fils d’Akbar, Shah Jahan, qui ajouta des édifices en marbre blanc, son matériau de prédilection (comme pour le Taj Mahal) et transforma le fort en palais. 


Le quartier du Taj Ganj et la zone où se trouve le Fort d’Agra sont des coins hyper touristique et c’est réellement éprouvant de marcher dans ces coins là car étant donné la taille de la ville, beaucoup de jeunes se cachent dans la masse pour embêter les touristes et se moquer d’eux… Ce rajoute à cela les habituels rabatteurs de toutes sortes et enfin chose nouvelle pour nous, les enfants vendeurs…


Ces gamins de 8 à 15 ans sont misérables et tentent de vendre toute sorte de trucs. Ils sont aussi très collant et très chiant. Lorsque nous nous asseyons dans un coin, nous sommes certains d’être encerclé par une petite dizaine de jeunes indiens qui veulent vendre, parler ou juste relooker Alix.


La seule solution pour les faire partir c’est de se lever, taper fort dans les mains et si l’on peut, en attraper un et le soulever en l’air. Il ne sert à rien de s’énerver car ça les amuses plus qu’autre chose.


Agra est vraiment une ville éreintante, cher et où la nourriture est pourrie, les hôtels moisies. L’afflux économique et touristique a engendré une ville où personne ne fait d’effort étant donné qu’il y a le Taj Mahal et le Fort d’Agra.



Du coup après quelques heures à esquiver les propositions, renvoyer les collants et retenir toute la rage que ces indiens peuvent nous mettre, nous quittons l’entrée et longeons les douves avant de reprendre la route du Taj Ganj, le quartier du Taj Mahal.


Taj Ganj.


Ce quartier fut créé à l’époque de la construction du Taj Mahal, pour que les ouvriers puissent vivre proche de leur lieu de travail.


C’était une mini ville avec ses marchands, ses familles, ses travailleurs.


Plus de 20 000 personnes ont bossé sur le chantier et on y trouvait des artisans venant d’Europe pour concevoir les délicates dentelles de marbre et l‘incrustation de milliers de pierres précieuses. Plus de 1 000 éléphants étaient employés pour transporter les matériaux de construction.


Le marbre blanc provenait du Rajasthan, la turquoise et la malachite du Tibet, le lapis-lazuli du Sri Lanka, l’agate de Jaisalmer, l’onyx de Perse et le cristal de roche de l’Himalaya. En tout 28 types de pierres fines ont été utilisés pour composer les motifs incrustés dans le marbre blanc.


Même si l’architecte était un moghol d’origine perse et que les plus grands artisans d’Europe-Asie ont travaillée à la finesse des détails, c’est en grande partie grâce à la main d’œuvre hindoue que le Taj Mahal fut construit. 


Le soir nous testons un autre restaurant, mais c’est toujours les mêmes cartes. Il faut choisir un plat dans un menu déchiré puis écrire la commande sur un papier qu’il faut ramener à un des gamins de 8 ans qui travaillent en tant que serveur… C’est vraiment du foutage de gueule ce quartier du Taj. Heureusement, beaucoup de touristes sont présents et il est possible de faire des rencontres sympathiques par fois.



Tous les hôtels ou restaurant ont un toit terrasse d’où l’on peut apercevoir le fameux mausolée en marbre blanc. Par contre il n’est pas éclairé la nuit ! C’est dommage car ça aurait pu être jolie à regarder…


En vérité je crois que la meilleure chose à faire dans Taj Ganj c’est de s’installer sur un toit-terrasse et d’observer la multitude de singes qui parcourent les câbles électriques, les murs etc…


C’est notre passe-temps favoris ici. J


Galerie : Âgrâ.



Alix & Benjamin.



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 12:33, le lundi 2 novembre 2009 dans f. Inde Octobre 2009, Âgrâ
Mots clefs :

22/10/09 - Âgrâ.


Jeudi 22 octobre.


Debout 8h30, nous refaisons les sacs et rendons les clefs à l’accueil pour chercher un rickshaw dans la rue.


Comme d’habitude, quand on les cherche, ils ne sont jamais là.


Un premier nous prend pour des américains et nous propose une course à 100 Roupies…


Finalement presque un kilomètre plus loin nous en trouvons un pour 30 Roupies.


Direction la gare routière où je demande à quel endroit le bus pour Agra devrait stationner puis nous l’attendons.


Nous achetons des petits gâteaux et une bouteille de jus qui ressemble à du Fanta mais c’est pas du Fanta et ya bien marqué 0% Fruits ! J


Aux alentours de 9h50 le bus pour Agra arrive et nous mettons les sacs dans le coffre poussiéreux en échange de 2 Roupies par sac. Quand on pense à ceux qui prennent 10 Roupies par sac… Quelle bande d’enflures.


Une vraie américaine arrive un peu en retard et grimpe à la dernière minute dans le bus.


Du coup nous sommes trois blancs dans le véhicule.



Le trajet se passe à merveille et même qu’à 12h30 nous nous arrêtons dans un restaurant routier tenu par la société de transport du Rajasthan qui s’occupe des gros bus gouvernementaux. En effet pour cette fois nous n’avons pas pris nos billets dans une agence pour avoir un bus touristique mais avons pris un bus de la RSTC (Rajasthan State Transport Corporation) qui sont plus cher mais plus confortable et au moins ya un vrai arrêt pipi et pour manger.


Bon le restaurant est cher mais on est pas obligé d’acheter.


Nous repartons quelques vingt minutes plus tard car nous avons encore trois heures de routes.


La route est ce qui ressemble le plus à une autoroute, avec des péage et des voies rapides, mais à l’indienne, c’est-à-dire que des fois ça passe dans une ville et des vaches en plein milieu de la route regardent les véhicules arriver de face...


Bref nous sortons de l’état du Rajasthan et revenons dans l’Uttar Pradesh, où se trouve justement Agra mais aussi Vârânasî ainsi que Sunauli et Gorakhpur (frontière népalaise au sud de Pokhara)


L’Uttar Pradesh.


Le nom d’Uttar Pradesh n’est pas aussi évocateur que ceux de Rajasthan ou de Cachemire. Ce vaste état s’impose pourtant comme destination touristique de choix grâce notamment à ses joyaux que sont le Taj Mahal à Agra et Vârânasî (l’ancienne Bénarès)


Cet état est traversé d’ouest en est par le fleuve le plus sacré de l’hindouisme, le Gange ainsi que par l’un de ses affluents, la Yamuna. Il est aussi surnommé pays de la vache ou pays de l’hindouisme.


L’Uttar Pradesh est l’état le plus peuplé d’Inde et paraitrait que seules la Chine, l’Inde elle-même, les U.S.A., l’Indonésie et le Brésil ont une population plus importante… 


Les paysages changent légèrement, nous voyons plus de verdures, plus de petits bois, plus de champs fertiles et de buffles comme au Yunnan. Mais hormis ça, le pays est plat et à certains endroits c’est encore très arides.


Une grosse demi-heure après ça, nous entrons dans Agra. C’est une ville toujours chaotique et qui à l’air assez grande.


Le bus stop sur le bord d’une route, un peu nulle part, et certaines personnes descendent. A ce moment là, un chauffeur de rickshaw monte et nous dit que c’est ici qu’il faut descendre en criant…


Au début, vu le ton qu’il avait, je pensais que c’était le type du bus… Mais Alix l’avait remarqué dans son rickshaw et déjà celui-là, nous ne l’aimions pas.


Descente du bus, on récupère les sacs, on les sorts des housses, on tente de vérifier à quel endroit l’on se trouve sur une carte de la ville. L’américaine se prend un rickshaw pour 70 roupies et s’en va en solo. De notre côté le chauffeur du rickshaw nous colle et nous sort son speech habituel. Je lui dis de se taire car je parle à ma femme. On lui fait comprendre que c’est pas la première fois que l’on vient à Agra et en Inde.


D’ailleurs choses complètement étrange, les hôtels les moins chers à Agra se trouvent devant le Taj Mahal. On aurait pensé que ça serait les plus chers mais non.


Après ça il nous propose des tarifs soi-disant imbattable pour la course en rickshaw mais nous connaissons le véritable prix à Agra alors nous le laissons parler et mettons les sacs sur le dos pour nous éloigner d’ici.


Nous marchons et le type nous suit de loin. Nous nous arrêtons à un croisement, ne sachant pas trop par où aller et le rickshaw se ramène alors en proposant la course à 50 Roupies.


Etant donné que c’est pile le montant de la course et sachant que nous étions partit pour encore deux heures de galère en ville, nous le prenons finalement en lui faisant dire qu’il n’y aura rien de plus.


Nous sentons l’escroquerie arriver à plein nez, le type va nous proposer plusieurs hôtels pour avoir une commission et si l’on en prend un autre il va nous suivre.


Sur la route nous tentons de l’induire en erreur nous concernant. Nous sommes allemands et nous connaissons très bien la ville car à chaque fois qu’il présente un monument je réponds que je connais.


Arrivé dans le soi-disant quartier interdit aux rickshaws (ça n’est pas du tout le cas, ils peuvent entrer) le chauffeur nous fait le tour des hôtels. Le temps que je comprenne que nous étions au bon endroit, je lui dis de stopper.


Là-dessus il pensait que nous allions à l’hôtel juste devant mais sans rien dire, nous descendons, prenons les sacs et le payons. Il a le sourire jusqu’aux oreilles.


Le type de l’hôtel accourt vers nous mais nous ne répondons pas et disons au revoir au chauffeur avant de prendre la route d’où nous étions venu.


Là-dessus le chauffeur s’affole car il n’aura pas sa commission et étant donné que ça n’a jamais été dit, il sent qu’il s’est fait avoir à son tour alors il démarre rapidement son engin et commence à nous suivre mais vu que nous marchons doucement il est obligé de créer un embouteillage pour rester à notre allure.


C’est très drôle de le voir passer à notre niveau suivit par d’autres rickshaws, motos, vélos.


Plus loin nous le voyons arrêter sur le côté en train de fumer une cigarette, l’air de rien, et il se cache derrière son engin sauf qu’on remarque sa chemise.


Alors pour s’amuser nous bifurquons dans une ruelle pour le perdre à nouveau et avançons pour en faite faire une boucle et revenir sur la route. A notre retour il n’est plus là.


Nous continuons donc notre marche et choisissons l’hôtel censé être le moins cher du Lonely Planet, l’Hôtel Host.


Alix reste en bas et je vais visiter les chambres. Les deux premières sont sans fenêtres, il y a la climatisation c’est bien mais on s’en passe maintenant qu’il ne fait plus aussi chaud. Les draps sont par contre dégueulasses, les oreillers sont gras, la salle de bain n'est pas ce qu’il y a de plus propre.


Il me propose un prix bas d’après lui, 450 Roupies. là-dessus je m’excuse et joue au type qui pensait trouver une chambre à 100 Roupies comme indiqué dans le guide, que ce n’est pas notre budget et que nous allons devoir partir car nous comprenons que c’est le business mais que nous cherchons moins cher.


Là il me propose 400 Roupies. Genre je lui parle de 100 et lui me sort 400, ça fait une grosse différence… Bon je sens qu’il tente une négociation alors pourquoi pas.


Je demande une chambre moins cher que celle-là, à 150 Roupies.


Il n’en a pas et donc il me dit que 350 Roupies c’est son dernier prix et il me le fait car c’est moi (bien sur)


Là-dessus je lui sors que son voisin nous a proposé une chambre à 250 Roupies en passant et que c’est notre plafond budgétaire (surtout pour une chambre aussi pourrie…)


Le marché est conclut pour 250 Roupies. Je descend voir Alix pour raconter comment c’est, elle insiste pour avoir une fenêtre, du coup je demande avec fenêtre, même prix, c’est ok.


De la fenêtre nous ne voyons pas le Taj Mahal mais un bois avec des centaines de singes. Sur le toit terrasse de l’hôtel nous avons une splendide vue sur le Taj par contre et sur les environs.


Tout de suite nous vient à l’esprit les scènes tournées dans « Slumdog Millionnaire » C’est amusant de reconnaitre des lieux vu dans les films.



Après avoir soufflé un peu et posé les sacs, nous sortons pour comprendre comment ça se passe pour entrer dans le Taj Mahal. Il y a trois portes (Ouest, Sud, Est) et chacune possède un guichet pour acheter les billets, c’est 750 Roupies pour les étrangers ! Un budget d’une journée pour deux personnes en Inde contre 20 Roupies pour les locaux !


En plus de ça, demain c’est Vendredi et le Taj est fermé tous les Vendredi… La poisse, obligé d’y aller Samedi matin.


Agra.

Au début du 16ème siècle, Sikandar Lodi, le sultan de Delhi, fit bâtir la ville actuelle et en fait sa capitale.


Au milieu du 16ème siècle, le premier empereur Moghol, appelé Babur, bat le sultan de Delhi et s’empare d’Agra. Le petit-fils de Babur, Akbar, lui rend son statut de capitale après une vingtaine d‘années.


Jusqu’au milieu du 17ème siècle la ville connait son apogée sous les règnes successifs d’Akbar (qui y fit construire son puissant fort), Jahangir et Shah Jahan (qui y fit construire le Taj Mahal)


Après l’effondrement de l’empire Moghol, les Rajputs et d’autres armées pillèrent la ville jusqu’à l’arrivée des britanniques qui s’emparèrent d’Agra au début du 19ème siècle.


Agra devint alors un centre d’industrie lourde et se tailla une réputation pour ses produits chimiques et sa pollution avant que le Taj Mahal et le tourisme ne deviennent sa principale source de revenue. 


Il est 17h00 passé et encore des centaines de touristes font la queue pour entrer pendant que des centaines ressortent. Le Taj Mahal c’est vraiment la tour Eiffel de l’Inde.


Le soir nous étalons la grande bâche en plastique sur le lit et mettons les oreillers dans des housses ou dans mon chèche puis dormons dans nos draps de voyage tellement le lit est sale.



Alix & Benjamin.



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 12:16, le lundi 2 novembre 2009 dans f. Inde Octobre 2009, Âgrâ
Mots clefs :
Page précédente
Page 3 sur 10