.
.

Menu


Accueil
Qui sommes-nous ?
La carte des lieux visités
Livre d'or
Archives
E-mail


Nbre de Visiteurs

Depuis le 01/02/2009



Rubriques


a. Avant le depart
b. Russie Mai 2009
c. Mongolie Juin 2009
d. Chine juillet 2009
e. Nepal Septembre 2009
f. Inde Octobre 2009
g. Thailande Novembre 2009
h. Laos Decembre 2009
i. Vietnam Janvier 2010
j. Camboge Fevrier 2010
k. Thailande Fevrier 2010
l. Malaisie Mars 2010
m. Indonesie Avril 2010
n. Australie Mai 2010
o. Nlle Caledonie Juillet 2010
p. Nlle Zelande Aout 2010
q. Australie Septembre 2010
r. Singapour Septembre 2010
s. Malaisie Septembre 2010
t. Angleterre Septembre 2010
u. France Septembre 2010


Derniers articles


01/05/10 - Conclusion Asie.
30/04/10 - Rizières de Bali.
28/04/10 - Retour à Ubud.
27/04/10 - Les îles Gili.
21/04/10 - Go Lombok.
19/04/10 - Gunung Batur.
18/04/10 - Bali bis.
17/04/10 - Bali.
16/04/10 - Ubud.
15/04/10 - Cemero Lawang.
12/04/10 - Yogyakarta.
11/04/10 - Borobudur.
10/04/10 - Yogyakarta.
08/04/10 - Jakarta.
07/04/10 - Trans Sumatran.
06/04/10 - Trans Sumatran.
05/04/10 - Trans Sumatran.
04/04/10 - Lac Toba bis.
03/04/10 - Lac Toba.
02/04/10 - Dumaï.
01/04/10 - Melaka.
30/03/10 - Kuala Lumpur.
27/03/10 - Krabi.
23/03/10 - Karon & Kata.
10/03/10 - Phuket.
17/03/10 - Koh Samui.
14/03/10 - Koh Phangan.
10/03/10 - Koh Tao suite.
08/03/10 - Koh Tao bis.
04/03/10 - Koh Tao.
02/03/10 - Retour Bangkok.
27/02/10 - Benjamin : 29 ans !
26/02/10 - Chiang Maï bis.
22/02/10 - Alentours de Paï.
17/02/10 - Paï.
16/02/10 - Chiang Maï.
14/02/10 - retour Bangkok.
09/02/10 - Angkor Angkor !
07/02/10 - Angkor Vat bis.
06/02/10 - Angkor Vat.
05/02/10 - Siem Reap.
02/02/10 - Phnom Penh.
27/01/10 - Go Cambodge.
26/01/10 - Saïgon bis
24/01/10 - YouTube.
23/01/10 - Saïgon.
21/01/10 - Nha Trang.
15/01/10 - Quy Nhon.
13/01/10 - Hoi An.
11/01/10 - Hué.
09/01/10 - Ninh Binh.
07/01/10 - Baie d'Along.
05/01/10 - Along city.
03/01/10 - Hanoi bis.
31/12/09 - Hanoi.
25/12/09 - Go Vietnam.
24/12/09 - Luang Prabang bis.
21/12/09 - Luang Prabang.
20/12/09 - Luang Namtha.
15/12/09 - Jungle de Namtha.
14/12/09 - Jungle de Namtha.
13/12/09 - Jungle de Namtha.
12/12/09 - Luang Namtha.
10/12/09 - Udomxai.
09/12/09 - Pak Beng.
08/12/09 - Tat Kuang Si.
07/12/09 - Luang Prabang bis.
06/12/09 - Luang Prabang.
05/12/09 - Vang Vieng suite.
04/12/09 - Vang Vieng bis.
03/12/09 - Vang Vieng.
02/12/09 - Ban Na bis.
01/12/09 - Ban Na.
30/11/09 - Vientiane.
28/11/09 - Go Laos.
27/11/09 - Nong Khaï.
26/11/09 - Ayutthaya bis.
24/11/09 - Ayutthaya.
23/11/09 - Bangkok suite.
12/11/09 - Bangkok bis.
09/11/09 - Bangkok.
05/11/09 - Quit India.
04/11/09 - Kolkata bis.
01/11/09 - Kolkata.
31/10/09 - Vârânasî suite.
28/10/09 - Vârânasî bis.
27/10/09 - Vârânasî.
26/10/09 - Âgrâ suite.
24/10/09 - Taj Mahal.
23/10/09 - Âgrâ bis.
22/10/09 - Âgrâ.
21/10/09 - Jaipur bis.
20/10/09 - Jaipur.
19/10/09 - Pushkar bis.
15/10/09 - Pushkar.
14/10/09 - Udaipur suite.
07/10/09 - Udaipur bis.
06/10/09 - Udaipur.
05/10/09 - Jodhpur bis.
04/10/09 - Jodhpur.
03/10/09 - Jaisalmer bis.
02/10/09 - Désert du Thar bis.
01/10/09 - Désert du Thar.
30/09/09 - Jaisalmer.
29/09/09 - Bîkâner bis.
28/09/09 - Bîkâner.
27/09/09 - New Delhi.
26/09/09 - Delhi bis.
25/09/09 - Delhi.
24/09/09 - Go India.
23/09/09 - Picasa.
19/09/09 - Histoire de mont.
18/09/09 - Histoire de mont.
17/09/09 - Lac Phewa Tal.
16/09/09 - Pokhara.
15/09/09 - Go Pokhara.
14/09/09 - Bandipur.
13/09/09 - Bhaktapur.
12/09/09 - Patan.
11/09/09 - Bodnath.
10/09/09 - Visa Indien.
06/09/09 - Swayambhunath.
03/09/09 - Indra Jatra.
02/09/09 - Katmandou.
30/08/09 - Alix : 25 ans !
25/08/09 - Vol pour le Népal.
24/08/09 - Pandas Géants.
23/08/09 - Retour Chengdu.
20/08/09 - Yuanyang suite.
19/08/09 - Yuanyang bis.
18/08/09 - Yuanyang.
17/08/09 - Kunming.
15/08/09 - Dàli.
12/08/09 - Lijiang bis.
11/08/09 - Lijiang.
10/08/09 - Shangri-La bis.
09/08/09 - Shangri-La.
08/08/09 - Xiàngchéng.
07/08/09 - Litang.
06/08/09 - Kàngding.
05/08/09 - Chengdu.
30/07/09 - Emei Shan suite.
29/07/09 - Mont Emei Shan bis.
28/07/09 - Mont Emei Shan.
27/07/09 - Bouddha Géant.
26/07/09 - Chengdu.
19/07/09 - Remparts de Xi'an.
18/07/09 - Mont Hua Shan bis.
17/07/09 - Mont Hua Shan.
16/07/09 - Qin Shi Huang.
15/07/09 - Xi'àn.
14/07/09 - Train "assis dur".
11/07/09 - Beijing Beijing.
10/07/09 - Beijing toujours.
09/07/09 - Beijing encore.
08/07/09 - Grande Muraille.
07/07/09 - Beijing suite.
03/07/09 - Beijing bis.
02/07/09 - Beijing.
28/06/09 - Transmongolien.
26/06/09 - Ba-yar-stai !
25/06/09 - Gunjin Sum.
24/06/09 - Vallée Dund Bayan.
23/06/09 - Vallée de Khongor.
22/06/09 - Lac Noir.
21/06/09 - Saridiin Khiid.
20/06/09 - Monts Khentii suite.
19/06/09 - Monts Khentii bis.
18/06/09 - Monts Khentii.
17/06/09 - retour Tuuliin Adag.
16/06/09 - Seruun Bulag bis.
15/06/09 - Seruun Bulag.
14/06/09 - Tuuliin Adag bis.
13/06/09 - Vallée Tuuliin Adag.
12/06/09 - Pushing the limits.
11/06/09 - Oulan-Bator la fin.
10/06/09 - Oulan-Bator suite.
05/06/09 - Oulan-Bator.
04/06/09 - Parc Hustain Nuruu.
03/06/09 - Famille Nomade.
02/06/09 - Lac Blanc.
01/06/09 - Erdene Zuu.
30/05/09 - Karakorum.
27/05/09 - Dasvidania !
25/05/09 - Retour Irkoutsk.
24/05/09 - Île d'Olkhon.
19/05/09 - Irkutsk.
18/05/09 - Le Transsibérien.
13/05/09 - Gare Transsibérien.
12/05/09 - La journée la plus longue.
10/05/09 - J-1 !
25/04/09 - Matos & budget !
08/04/09 - Santé & Vaccins.
27/03/09 - Visas & Assurance.
24/02/09 - Genèse du projet.
12/02/09 - Trouver des infos ?
06/02/09 - Enfin le Blog !
01/02/09 - Qui sommes nous ?


Amis ou Liens favoris


Pascal en Asie :)
Taz de Happy Family :)
Carina & Chema :)
Sophie, Zaya et Louis :)
Nelly & Alex :)
Mathilde & Christophe :)
Idan Santhaus :)
Delphine & Vincent :)
Alysée, Rémi & Nicolas :)
Marie en Inde :)
Marie, Thomas & Sébastien :)
Julie & Julien :)
Le Lac Baïkal
Ger to Ger
Urga Tours, notre ami Battsogt
Orphelinat Oulan-Bator
Wwoofing, bosser à l'étranger
Forum Uniterre
J'irai dormir chez vous
Where the hell is Matt ?
Auberges dans le monde
Air Asia
Tiger Airways
Ambassades FR dans le monde
Air Indian Express
Forum du Routard
Voyage Forum
E-voyageur Forum
ID TGV
Couch Surfing
Illico Travel, avion en EU
Auberges de Jeunesses FR
Forum Lonely Planet
SOS Terre Sacrée
Visa Australien
Jetcost
Air Austral





«  Avril 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 

27/04/10 - Les îles Gili.


Jeudi 22 avril.


Levé 8h30, nous prenons notre petit déjeuner offert gentiment avant de quitter la chambre et rejoindre le bureau de la Perama à pieds. Nous attendons trente minutes puis un type vient nous chercher en minibus pour faire 500 mètres... Nous redescendons puis marchons 50 mètres pour rejoindre la plage, lieu d'embarcation des bateaux.


Ce sont des petits bateaux en bois avec des sortes de flotteurs de chaque côtés, comme des catamarans. Une bâche permet de cacher le soleil ou la pluie.


Un des bateaux qui permet de traverser la mer pour les îles Gili.

Ce qui est bien c'est que le ciel est bleu ce matin. Le soleil tape déjà fort et ça fait plaisir car on sent qu'on a fait le bon choix.


Depuis la plage nous sautons dans l'embarcation avant de quitter le littoral et nous éloigner de plus en plus de Lombok.


Le bateau fini par longer la côte en direction du nord puis bifurque légèrement vers le large pour rejoindre l'une des trois petites îles.


Une des plages de Gili Trawangan.

Depuis la mer, Lombok se dévoile devant nous avec sa forêt à perte de vue et son volcan qui se dresse plus loin dans les terres, la tête encore dans les nuages. On dirait une île sauvage presqu'inhabitée depuis le large.


En moins d'une heure nous arrivons à la première île Gili. Elles sont au nombre de trois. La plus grande (celle où nous débarquons) se nomme Gili Trawangan. La seconde, plus petite et qui possède un lac en son centre, s'appel Gili Meno. Enfin la toute dernière, l'a plus proche de Lombok mais aussi l'a plus petite en taille, se nomme Gili Air.


Ces trois îles ne font pas plus de deux kilomètres de large et de long. Gili veut dire île dans la langue local.



Nous sautons du bateau sur la plage avec les sacs et celui-ci repart pour débarquer les gens aux autres îles.


Sauf que pour Alix et moi, c'est le drame. Notre Lonely Planet indique des tarifs entre 30 000 et 70 000 Rupiahs la chambre, Gili Trawangan est censé être la moins cher de toutes mais en vérité c'est un alignement d'hôtels resorts avec des tarifs qui vont de 400 000 Rupiahs à 110 $ U.S. !!


On a presque envie de pleurer quand c'est comme ça.


Heureusement il y a des petits budgets... 80 000 minimum sans petit déjeuner, dans un truc sans électricité.


On tourne pendant plus de trois heures (et je ne fais pas mon marseillais), l'île est toute petite, du coup quand on passe deux, trois fois devant les hôtels, les types se foutent de notre gueule et se font passer le mot. La négociation à 30 000 est bien entendu impensable. 50 000 même topo... J'arrive à tomber un prix à 70 000 avec beaucoup de difficulté mais la femme n'est pas aimable et on aura pas le petit déjeuner à ce prix là...


Finalement nous croisons Alex et Steph' sur le chemin et ils nous donnent l'adresse de leur auberge. Ils ont prit un truc à 125 000 plus loin, avec petit déjeuner. Avec Alix on a du mal mais on se résout à augmenter le budget. Nous trouvons une chambre propre avec petit déjeuner pour 100 000 Rupiahs...


On en a chier.


Il est déjà 15h00 passé quand on sort de la chambre en maillot de bain pour aller se baigner. L'eau est bonne, pas trop chaude ni trop froide. La plage est belle, la profondeur arrive rapidement mais il y a beaucoup de courant. En face nous avons Gili Meno avec ses cocotiers et derrière, Lombok se dresse de toute sa grandeur mais reste caché dans des nuages.


L'eau est turquoise comme dans un lagon et plus loin, la profondeur l'a rend bleu foncé.


Il y a beaucoup de plongeurs dans le coin car il y a énormément de poissons, des tortues de mer etc...


On a sué pour trouver notre chambre mais on est quand même content d'être là.


Le soir nous retrouvons Alex et Steph' avec qui nous allons manger dans un restaurant à très petits prix où l'on rencontre encore et toujours, une grande majorité de français.




Vendredi 23 à Mardi 27 avril.


Nous passons notre semaine à glander.


Petit déjeuner le matin vers 11h00. J'ai énormément de mal à me réveiller et me lever. Je dormirai bien une semaine entière je crois...


Nous sortons vers 14h00 et allons nous baigner. Nous n'avons même pas visité l'île, ni même sortit les masques et tubas (sauf le dernier jour quand même)


On dort presque sur la plage et on se baigne. Gili Trawangan est renommée pour être plus fétarde que les autres mais en vérité, le chef de l'île à instauré une règle. Un seul bar peut organiser une soirée tous les deux jours. Ils sont trois bars à tourner comme ça. Mais en général vers 2h00 du matin c'est fini.


On est loin des îles thaïlandaises et c'est tant mieux.


Il est possible de trouver des coins sur la plage avec personne à moins de deux kilomètres. Vu sur le grand large. Les orages pointent leur nez au loin mais ne nous atteignent jamais. On voit passer des gros nuages noirs sur Lombok pendant que nous sommes sur un petit paradis au soleil.


Tous les soirs nous allons manger dans notre bouiboui avec Alex et Steph'. On y rencontrera Nadia, Sophia et Fabien qui sont de Clichy et en vacance pour deux semaines. Les gens sont sympas et on mange (boisson, dessert et plat) pour deux avec moins de 50 000 Rupiahs indonésienne.


Il y a bien des gros bourgeois pleins de dollars qui flambent leur thune dans quelques restaurants et bars branchés mais nous arrivons à les ignorer complètement. De même pour ces australiens qui se croient comme à Koh Phangan et se promènent à poils toute la journée avec leurs tatouages sur la peau.


Ce qu'il faut quand même savoir c'est que nous sommes chez les musulmans et les femmes portent le voile et se baignent presque habillées.


Il parait complètement insensé de croiser ces blondasses à gros nichons presqu'à poils... On se demande par moment si certains touristes se rendent compte à quel point ils n'ont vraiment aucune notion de où ils se trouvent. Tout le monde parle anglais et tout le monde accepte le dollars donc ils sont chez eux partout. On en revient toujours au même problème. A partir du moment où il y a des blaireaux qui acceptent de payer 100 $ U.S. une piole dans ce coin du monde, on ne peut pas en vouloir aux locaux de se faire du fric sur leurs dos.


Et puis faut les voir ces touristes cool, comment ils parlent à tout le monde. Les locaux finissent par les imiter et parlent exactement comme eux car ça fait cool de porter des lunettes de soleil et se l'a jouer un peu le meilleur ami de tout le monde. Sauf que c'est agaçant quand on est européen. On a surement pas la même façon de penser que les asiatiques mais les anglophones sont tout aussi illogique pour nous...


Alors quand on regarde des séries télé ou des films américains et bien on a l'impression qu'ils sont tout pareil en vrai ! Ils parlent pareil avec le même accent qui sort du nez.


Mais on ne s'inquiète pas, nous n'avons pas encore développer d'anglophobie. Quoi que, leur façon de vivre me reste en travers de la gorge par moment.


Maintenant, comme on les évite la plupart du temps et qu'on ne leur adresse que rarement la parole, on arrive tout le temps à rester dans notre bulle pour profiter à notre façon.


Il n'est pas nécessaire de savoir parler anglais pour voyager car en vérité on ne le pratique que très rarement. Les locaux baragouine quelques mots que l'on retrouve partout. Et puis il est toujours mieux vu d'essayer d'apprendre la langue local et savoir dire quelques mots de politesse comme "Bonjour", "Au revoir", "Merci", "Bonsoir" ou "Combien ça coûte?" par exemple. La vérité c'est que l'anglais ne sert qu'à ceux qui souhaitent rencontrer les autres touristes pour peu qu'on ne parle pas l'espagnol, le français ou l'allemand.


Alors forcément, on a pas du rencontrer les meilleurs américains, australiens ou canadiens... Et on a hâte de voyager en Australie pour mieux nous rendre compte de tout cela et peut-être mieux les comprendre justement.


Ceci dit, nous sommes chez les musulmans sur une île paradisiaque et entre français alors on éclipse totalement ces "hi my friend, cool, Ah woir you ? A're you K ? 'w much internet ? wat's s'feuk !"



Le truc qui est vraiment appréciable sur les îles Gili, c'est qu'il n'y a pas de voitures ou de moto. Elles sont interdites par arrêté local du chef de l'île. C'est donc très calme et hormis les clochettes de quelques calèche à cheval, des chats, des poules et des vélos, il n'y a pas de bruits.


Du coup nous avons pu faire sécher tous nos sacs, bien nous reposer, lire des bouquins, prendre un peu le soleil et bien manger.


Mais on sent que d'ici cinq ans, tout sera encore plus cher. Ca construit de partout et les tarifs petits budgets sont pleins à craquer que ça soit les restaurants ou les chambres.


Le samedi soir, nous disons au revoir à Alex et Steph' car ils rentrent le lendemain sur Bali puis doivent prendre l'avion pour Bangkok-Dumaï-Nice. Le retour en France résonne dans la tête d'Alix et la mienne. Cela fait tellement de fois que l'on croise des gens qui rentrent en France que maintenant on a l'impression d'être appelé à chaque fois qu'on nous le dit.


Le départ de l'Asie pour rejoindre l'Australie est déjà un gros changement et on ressent un peu le même sentiment que si nous devions rentrer en France.


Etranges sont les voyages.


Le mardi nous passons à l'agence Perama pour justement organiser notre retour sur Bali. On restera sur Ubud le temps de la fin du séjour en espérant recroiser Lucrèce et du moins pour éviter les zones comme Kuta ou Sanur qui sont super cher et sont les repaires des ado-australiens.


Les seuls véhicules de l'île : le vélo et la calèche à cheval.

Nous payons 300 000 Rupiahs par personne pour prendre le bateau rapide de la Perama plutôt que le ferry mais le petit déjeuner, le déjeuner et le bus sont comprit dans le tarif et surtout, ils nous font un ticket ouvert. C'est à dire qu'on paye le même tarif que ça soit pour Ubud ou pour Kuta ou encore l'aéroport et comme on doit prendre l'avion le soir du 1er mai, on aura pas à payer le transport encore une fois.


Nous profitons de nos dernières heures sur Gili avant d'aller nous coucher.



Alix & Benjamin.



Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 06:22, le samedi 1 mai 2010 dans m. Indonesie Avril 2010, Gili Air
Mots clefs :

21/04/10 - Go Lombok.


Mardi 20 avril.


Nous nous levons difficilement car on aimerait bien faire une grasse matinée un de ces quatre matins mais nous devons rendre la mobylette pour 9h00.


Nous retrouvons notre amie Lucrèce qui vient rendre la sienne aussi et elle nous annonce qu'elle doit partir le jour même pour aller chercher son copain qui arrive à l'aéroport de Bali en fin de journée.


Du coup elle part prendre ses billets à l'agence Perama, une agence de transport plutôt sérieuse même si les tarifs peuvent paraitre plus cher en moyenne. Ils sont bien implantés partout entre Bali et Lombok.


Avec Alix nous rentrons à notre auberge et un nouveau déluge de pluie se déverse sur Bali. On a le moral un peu dans les chaussettes à force de voir cette pluie depuis plusieurs semaines. Elle aurait du finir il y a un mois quand même !


Au bout d'un moment, on voit Lucrèce arriver, trempée jusqu'aux os, avec des infos pour nous, concernant Perama justement. C'est sympa de sa part ! 


Elle attend un peu que le temps se calme avec nous, on lui offre du thé. On discute un peu puis vient le temps des au revoir. Ca fait toujours bizarre de rencontrer des gens avec qui on accroche bien. On passe rarement plus d'une semaine avec ces gens là mais c'est comme si on se connaissait depuis longtemps. Lucrèce rentre à son auberge pour préparer son sac et prendre son bus à 14h00. Alix et moi trainons un peu dans notre chambre en attendant la fin du déluge puis allons dans l'après-midi rendre visite à Perama pour réserver nos billets pour le lendemain matin. Nous avons longtemps hésité à bouger dans Bali mais les prix sont chers et surtout on a déjà bien visité l'île en mobylette. Du coup on tente d'aller chercher le soleil et nous nous rendrons à Lombok, à l'est de Bali, derrière la ligne Wallace, une frontière invisible qui sépare la faune et la flore asiatique de celle australienne :o)


Nous payons 300 000 Rupiahs pour deux.


Après quoi nous nous rendons un peu sur internet puis le soir arrive vite. Nous refaisons les sacs, allons manger un bout dans notre restau pas cher mais sans Lulu c'est différent !



Mercredi 21 avril.


Réveil à 6h00, on a rendez-vous à 6h30 au coin de la rue avec Perama. Ils doivent venir nous chercher. 6h50 toujours rien et la pluie commence à tomber...


Finalement cinq minutes plus tard, un minibus arrive aux couleurs de l'agence. Il nous débarque au bureau de la Perama et après trente minutes d'attente nous montons dans le bus qui doit nous emmener à Padang Bay, le port d'embarquement pour Lombok.


On est les seuls dans le bus. Environ une heure et demi après notre départ d'Ubud, nous descendons au bureau de la Perama à Padang Bay. Encore quarante minutes d'attente et enfin un des types de l'agence nous montre le chemin à prendre pour monter sur le ferry.


Le Gunung Agung de Bali vu depuis le détroit de Lombok.

On arrive près de l'embarquement et on retrouve plus d'une vingtaine de touristes qui attendent pour grimper à bord eux aussi. On y fait la connaissance d'Alexandre et Stephanie, deux français de Toulon. Ils sont en voyage depuis deux mois et ont fait toute l'Asie du sud-est du coup on a des sujets de discussions qui nous rapproche un peu.


Nous faisons plus amples connaissances dans le ferry dont la traversée du détroit de Lombok dure entre quatre et cinq heures... Dehors il fait toujours gris.


On échange des anecdotes sur le mode de vie des asiatiques, des expériences vécues etc... On se rend compte avec Alix que ça fait un long moment qu'on a pas rencontré des gens comme Lucrèce ou comme eux deux.


Alex et Steph' se rendent sur les îles Gili qui se trouvent au nord-ouest de Lombok. On ira peut-être les rejoindre si on trouve pas ce qu'on veut. Le temps parait horrible sur Lombok, tout comme à Bali.


Les nuages s'accrochent aux sommets des volcans pour ne pas les lâcher. C'est gonflant.


Arrivé au port de Lembar, nous quittons nos deux nouveaux copains et prenons un autre bus avec la Perama. Le chauffeur nous attendait avec une pancarte. Ils sont bien organisés je trouve, ils possèdent tous une cibi pour se tenir informer et changer des plans de dernières minutes. C'est rare de voir autant d'efforts logistiques.


Les côtes de Bali sous la grisaille.

Entre Lembar et Senggigi nous avons encore une heure de route, nous longeons la côte ouest de Lombok vers le nord en traversant Mataram, la capitale de l'île et arrivons aux alentours de 15h00.


Alors si Senggigi n'a strictement aucun intérêt, ses plages sont par contre magnifique et tournées vers le coucher du soleil. Il y a des spots de surf dans certaines criques et l'endroit semble être très sympa quand il fait très beau. Le problème c'est qu'il pleut toujours, c'est nuageux à n'en pas finir et on se lasse vite de la ville qui ne possède rien de bien intéressant. En plus de ça, il y a des hôtels resorts super cher un peu partout, les autres sont des hôtels bas de gamme mais encore trop cher pour nous...


Résultat on se tape une chambre miteuse encore une fois, toute humide, pour 60 000 Rupiahs. C'est clairement pas ici qu'on va faire sécher nos affaires et nous reposer.


Je décide que l'on ne perde pas de temps à réfléchir et nous retournons faire le tour de la ville à la recherche d'une chambre convenable pour demain.


On ne trouve rien du tout... Finalement, on ne sait pas trop quoi faire et il nous revient à l'esprit que plusieurs personnes nous ont parlé des îles Gili (Alex et Steph' les derniers en date)


Du coup nous retournons à l'agence Perama et prenons deux tickets pour le lendemain matin en direction des îles. L'idée c'est que si les nuages s'accrochent aux volcans, ils ne devraient pas stagner autant de temps sur des petites îles toutes plates. Nous déboursons encore 100 000 Rupiahs par personne pour aller aux îles...


Le soir nous allons manger dans un des restaurants de ville, un truc à touriste super cher avec des taxes en pagaille même pas affiché sur le menu...


Puis allons nous coucher pour tenter de fuir cet endroit le plus rapidement possible.


On se prépare a quitter le ferry sous la pluie !

Quand on regarde les guides de voyages sur Bali, on trouve souvent le couple "Bali-Lombok" car ces deux îles possèdent deux visages bien distincts et montrent un peu la diversité de l'Indonésie. En effet l'une est hindouiste (Bali) et possèdent des architectures magnifiques, des cérémonies exotiques, de l'artisanat incroyable et une flore et une faune plutôt asiatique. L'autre est musulman (Lombok) comme l'est Java et elle possède un parc national avec de très grandes étendues de forêt tout autour de son volcan, le Rinjani, qui culmine à plus de 3 700 mètres d'altitude (le troisième sommet d'Indonésie) Sa faune et sa flore sont censés représenter plus le côté papouasie/australie que le côté asiatique. Une profonde faille océanique sépare les deux îles qui sont malgré tout assez proches l'une et l'autre.


Ces deux îles sont donc des destinations touristiques majeures même si Bali reste loin devant sa voisine en terme de diversité.


Le détroit de Lombok entre Bali et l'île du même nom, marque le passage de la division biogéographique entre la faune et la flore asiatique et australienne. Elle porte le nom de ligne Wallace, nommée d'après Alfred Russel Wallace, qui le premier remarqua les différences entre les deux zones. 



Alix & Benjamin.



Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 17:10, le vendredi 30 avril 2010 dans m. Indonesie Avril 2010, Senggigi
Mots clefs :

19/04/10 - Gunung Batur.


Lundi 19 avril.


Debout 8h00, nous avalons notre petit déjeuner comprit dans le prix de la chambre pour rejoindre Lucrèce chez le loueur de mobylette. On est censé l'a rendre pour 10h00 mais on va demander une journée de plus.


Le loueur en question n'est pas présent à son magasin, du coup c'est un type qui squatte à côté qui s'occupe de nous. On tente de négocier les prix, vu qu'on a déjà payé deux jours, pour qu'il fasse le même tarif à Lucrèce que pour nous mais comme ce n'est pas son magasin, c'est compliqué...


Le Gunung Agung (3 000 m) à l'est de Bali, pas loin de la mer.

Etant donné qu'on a besoin d'un permis pour louer une mobylette sur Bali, je prête à Lucrèce mon permis international. De toute façon personne ne vérifie rien du tout.


Après quoi nous partons à deux mobylettes sur les routes de Bali. Nous prenons le même trajet que le premier jour afin de grimper au volcan. Le ciel est un peu plus dégagé ce qui nous permet de voir enfin, de loin, la tête de ces cônes de terre géant.


Le Gunung Batur.

Le Gunung Agung (Gunung veut dire montagne) s'élance à plus de 3 000 mètres d'altitude juste à côté de la mer. En face de nous, celui vers lequel nous nous dirigeons c'est le Gunung Batur, seulement 1 700 mètres mais il y a des routes pour descendre dans la caldeira où se trouve un lac et des villages ainsi que des sentiers de randonnées.


Environ deux heures de mobylette nous permettent d'arriver au village de Penelokan où se trouve un type, genre policier, qui fait payer une taxe de 5 000 Rupiahs par personne pour la vue...


Nous garons les engins sur un parking pour apprécier le panorama devant nous. Le ciel est toujours nuageux mais on voit plus loin qu'à Bromo, c'est déjà ça.


Nous entrons dans un des restaurants terrasses pour boire un verre mais les prix sont abusés et avec des taxes en plus, du coup on se barre aussi vite qu'on est entré.


Nous décidons de descendre dans la caldeira en prenant la route goudronnée qui serpente. On est vite accosté par des types qui veulent nous vendre des chambres, des peintures ou autres.


Une fois en bas, nous sommes au village de Kedisan qui borde le lac Batur, du nom du volcan.


On prend à gauche à un croisement pour longer la rive ouest puis encore à un autre croisement, reprenons à gauche pour nous diriger vers le volcan. Les paysages sont jolies et c'est surtout très paisible comme endroit.



En roulant nous croisons une famille de hollandais, ou un truc comme ça, qui traverse la route avec un guide. Je leur demande si c'est le chemin pour le volcan et ils me font un signe de tête pour acquiescer. Ils font une gueule pas croyable, ça du être super leur balade...


Nous garons les mobylettes dans les broussailles puis prenons le chemin à pieds. C'est presque plat puis ça grimpe légèrement par la suite et en moins de vingt minutes on se retrouve au pied du cône du Batur. Nous faisons des longues pauses car Alix et Lucrèce n'arrêtent pas de papoter et l'objectif du sommet du cratère n'a pas l'air de les motiver plus que ça. J'aurai pu continuer seul mais nous discutons de sujets intéressant du coup je ne vois pas le temps passer et oublie presque où on se trouve.


Lucrèce parle un peu indonésien mais ça lui permet déjà d'avoir quelques bons échanges avec les locaux. Son copain qui est encore sur Java, voyage avec un ami à eux qui vit depuis quelques temps en Indonésie pour faire une thèse. Résultat Lucrèce a pleins d'anecdotes rigolotes concernant le pays comme par exemple que certains javanais ont peur du vent !


En effet, la pire chose pour eux c'est de prendre froid. Ils sont très sensibles aux changements climatiques. Du coup le vent est quelque chose d'horrible apparemment et ils vont même jusqu'à mettre du sparadrap sur le nombril pour éviter que le vent n'entre en eux :o) C'est mignon ces croyances là.


L'Indonésie est vraiment un pays où l'on peut encore facilement croiser des gens magiciens, sorciers et où certaines croyances sont plus dans l'ésotérisme qu'autres choses.



Bref nous faisons deux grosses pauses et n'arriveront jamais au sommet car nous discutons des heures assis dans l'herbe. Entre temps, des groupes avec un guide, redescendent du volcan et nous sommes immédiatement interrogés pour savoir où se trouve notre de guide... Ici il y a comme une mafia des guides et dans certains livres de voyage, il est dit que des locaux trainent sur les chemins pour faire payer la taxe si l'on est tout seul. Ce qui revient à prendre un guide au niveau tarif et c'est vraiment pas donné...


Pourtant le chemin est ridiculement facile. Enfin bon, personne ne nous a embêté plus que ça.


Comme je suis de plus en plus intéressé par l'Histoire, je n'arrête pas de consulter Lucrèce pour ses connaissances. Nous parlons des grandes religions, des grands empires, des mouvements sociologiques etc... On voyage dans le voyage :o)


Bref au bout d'un moment, les nuages se rassemblent juste au-dessus de la caldeira pour former comme un couvercle et nous décidons de partir avant de prendre la pluie. Il est presque 16h00 et nous avons encore de la route pour rentrer à Ubud.


Pendant le retour, nous nous arrêtons dans un restau sur le bord du chemin pour avaler le fameux nasi goreng indonésien. C'est du riz frit avec une omelette tout simplement.


Vers 18h00 nous reprenons la route mais il commence à faire nuit et surtout on se prend de plein fouet un orage équatorial. Un vrai déluge qui dure presque jusqu'à Ubud. C'en est presque drôle comment on est trempé, même avec les capes de pluie.


Le soir on tente de tout faire sécher mais notre chambre est très humide aussi et même nos draps sont poisseux d'humidité. Une vrai galère et on doit remettre des vêtements encore mouillés pour aller manger, toujours avec Lucrèce, car on s'entend vraiment bien tous les trois.



Le volcan Batur a cette particularité que son cône volcanique monte plus haut que les bords de sa caldeira.


Sa dernière éruption date de l'an 2000.


Une violente éruption fit des milliers de morts en 1917 et détruisit plus de 60 000 maisons et 2 000 temples. Le village de Batur qui était situé au fond de la caldeira, fut rayé de la carte mais la lave s'arrêta à l'entrée d'un des temples du village. Les habitants y virent un signe divin et reconstruisirent le village au même endroit mais une nouvelle éruption rasa à nouveau les habitations ainsi que le temple en question. Heureusement pour cette dernière, l'administration hollandaise avait anticipé l'évènement et il y eut très peu de morts. Dorénavant le village a été déplacé à l'extérieur de la caldeira ainsi que son temple :o)


La grande spécialité des guides de Kedisan c'est de préparer le petit déjeuner avec des œufs à la poêle, cuits sur les fumerolles qui sortent de la terre aux alentours du cratère. Les fumerolles sont des fumées très chaudes et c'est comme si l'on cuisait à la vapeur. 


Chichoune et la caldeira du volcan Batur.



Alix & Benjamin.



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 16:41, le vendredi 30 avril 2010 dans m. Indonesie Avril 2010, GUNUNG BATUR
Mots clefs :
Page précédente
Page 2 sur 21